Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Mercredi 29 Mars
Sainte Gwladys
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

La France de l'Outre mer

Présentation - Mayotte

  Géographie
  Située dans l’hémisphère sud, entre l’équateur et le tropique du Capricorne, à l’entrée du Canal du Mozambique, à mi-chemin entre Madagascar et l’Afrique, Mayotte est à environ 1500 kms de La Réunion, 8 000 kms de la métropole et 400 kms de la Tanzanie. Petit archipel d’origine volcanique, Mayotte forme lui-même la partie orientale de l’archipel des Comores.
  Mayotte comprend deux îles principales d’une superficie de 374 km2, séparées par un bras de mer de 2kms et une trentaine de petits îlots parsemés dans l’un des plus vastes lagons coralliens du monde (plus de 1 500 km2), délimité par une barrière de corail longue de plus de 160 kms elle-même coupée par une dizaine de passes.
 

  Mayotte est la plus ancienne île de l’archipel des Comores (environ 8 millions d’années), avec un relief moins accentué du fait de l’érosion et de l’enfoncement de son plateau. Les traces du volcanisme ancien sont présentes sur l’île : le cratère de Dzaoudzi, occupé par le lac Dziani en Petite-Terre, le cirque de Cavani en Grande Terre. Les côtes, très découpées, forment des caps, des presqu’îles, des baies profondes bordées de mangroves.

   L’île principale, Grande-Terre (363 km2), découpée et pentue, est formée de 6 massifs érodés dont le point culminant est le Mont Bénara (660m). Sa forme particulière lui a valu le surnom "d’île hippocampe".
 Ancrée sur la barrière de corail à l’Est du lagon, Petite-Terre (11 km2), est reliée au rocher de Dzaoudzi par une digue artificielle, appelée le Boulevard des Crabes. La colline de La Vigie (203 m) y domine un paysage aride et relativement plat. L’aéroport de Mayotte est situé sur l’îlot de Pamandzi.
 
Le chef-lieu administratif est situé à Dzaoudzi, mais l’activité économique est concentrée autour de Mamoudzou, en Grande-Terre. Petite-Terre et Mamoudzou sont les zones les plus urbanisées.

Climat
Le climat de Mayotte est de type "tropical humide" (moyenne annuelle de 25,6 °C.) avec deux saisons :
  une saison chaude ou saison des pluies, de novembre à avril, pendant laquelle la mousson venant du nord arrose l’île. Les températures sont élevées (27 à 30°) et le taux d’humidité très important. 80 % des précipitations surviennent pendant cette période. C’est également la saison des cyclones et des dépressions tropicales, même si Mayotte est peu exposée au risque cyclonique.
une saison sèche, de mai à octobre, pendant l’hiver austral. Les alizés venant du sud-est rafraîchissent l’atmosphère (20 à 25°), le taux d’humidité est moins important, et la pluie se raréfie.

 
Population
La population mahoraise est issue d’un métissage entre les populations d’origine bantoue et les différentes vagues d’immigration, principalement malgache. Parmi les minorités présentes sur l’île, la communauté indienne occupe une place importante, particulièrement dans le secteur du commerce.

 En 35 ans, la population de Mayotte a été multipliée par 5, pour atteindre 186 452 habitants (recensement au 31 juillet 2007). La densité moyenne sur l’archipel s’élève à 511 habitants au km² contre 112 pour la France métropolitaine. Cette population est de plus en plus concentrée autour d’un pôle urbain : Mamoudzou, chef lieu de l’île, absorbe plus de 53 000 habitants.

  Depuis les années 1950, la croissance démographique de Mayotte a été portée par une natalité très élevée, et par une immigration provenant pour l’essentiel des îles voisines. Même si cette croissance reste soutenue, un ralentissement est constaté depuis 1997, s’expliquant par la baisse du taux de fécondité des femmes. Au recensement de 2002, près de 53 % de la population avait moins de 20 ans (56 % en 1997), pourcentage le plus élevé de tous les territoires français.

 Mayotte connaît une forte immigration clandestine en provenance principalement des Comores et de l’île d’Anjouan (la plus proche, à 115 kms). Le gouvernement a renforcé son dispositif de lutte contre l’immigration clandestine (radars de surveillance). 13 329 reconduites d’étrangers ont ainsi été mises en œuvre en 2008. En parallèle, une coopération régionale renforcée avec les Comores est en cours afin de constituer des dispositifs de développement solidaire en matière agricole, sanitaire, judiciaire et d’enseignement primaire. L’ensemble visant à une gestion concertée des flux migratoires.

Pour en savoir plus :
Site de l’Insee Mayotte
www.insee.fr/Mayotte

Premiers résultats détaillés du recensement 2007
www.insee.fr/publications

Histoire
Aux origines du peuplement de Mayotte
Le peuplement de Mayotte est le fruit des croisements de plusieurs civilisations. Le premier peuplement d’origine bantoue aurait eu lieu entre le Vème et le VIIIème siècle. Jusqu’au XIIIème siècle, le commerce se développe avec les autres îles du Canal du Mozambique, Madagascar et l’Afrique. Les invasions arabes se succèdent et apportent la culture swahilie et la religion musulmane.

Des sultanats rivaux se créent dans l’archipel des Comores. Les premiers Européens, Portugais et Français, débarquent à Mayotte vers le XVème siècle, et utilisent l’archipel comme point de ravitaillement sur la Route des Indes.

 A la fin du XVIIIème siècle jusqu’au début du XIXème, Mayotte est le théâtre de troubles violents (razzias d’esclaves par les Malgaches, pillages, guerres de succession,…). La population est réduite à 3 000 personnes.

Mayotte française
Le 25 avril 1841, le sultan ANDRIANTSOULI, d’origine malgache, cède l’île de Mayotte à la France, représentée par le Commandant PASSOT pour faire échapper l’île aux attaques venues de l’extérieur, notamment des Comores. Mayotte devient alors colonie française. L’esclavage y est aboli dès 1846. Sous le second empire, Mayotte se transforme en société de plantations, recourant à une main d'oeuvre immigrée, les « travailleurs engagés ».
De 1886 à 1892, la France établit un protectorat sur les trois autres îles des Comores, l’archipel est alors placé sous l’autorité du gouverneur de Mayotte.

Par la loi du 25 juillet 1912, l’ensemble comorien, dont Mayotte, devient une province de la colonie de "Madagascar et Dépendances".

Après deux révoltes importantes (l’une en 1915 à la Grande Comore, l’autre en 1940 à Anjouan), l’archipel des Comores obtient le statut de Territoire d’Outre-Mer en 1946 la dotant d’une autonomie administrative, avec pour chef-lieu la ville de Dzaoudzi.

                                                                Suite de la présentation.......

 

 

 



 

 

 

 

 

 


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net