Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Jeudi 23 Mars
Saint Victorien
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Nicolette Lambert

Nicolette Lambert

Originaire de Schoelcher où elle vit, c’est pourtant à Fort-de-France que Nicolette Lambert s’installe chaque jour pour vendre ses délices ! Dans la rue piétonne, il y a suffisamment de passage pour qu’elle puisse faire de belles journées.

Quels produits vendez-vous ?

Toutes les confiseries locales traditionnelles. J’ai des lotchios, nougats pistaches ("pistache" est le nom vernaculaire local de la cacahuète!), des tablettes coco, des philibots, etc. Je m’installe avec mon tray dans la rue piétonne et les clients défilent. Je ne suis d’ailleurs pas la seule, plusieurs autres marchandes viennent y vendre soit de la confiserie comme moi, soit des dessous féminins, de l’encens, du savon artisanal, etc. Le samedi il y a même une animation musicale : des groupes viennent s’y produire.

C’est un haut lieu touristique ici ?

C’est bien placé. Les bateaux de croisière déversent leurs flots de touristes, la gare des taxis collectifs est à proximité, tout comme les différents parkings. La rue piétonne est vraiment un lieu incontournable.

Que vendez-vous le plus ?

Tout dépend de la période ! Evidemment la haute saison touristique est aussi la haute saison pour moi. Les touristes réclament surtout des produits à base de noix de coco, comme les lotchios et autres tablettes. Par contre les compatriotes recherchent surtout des nougats-pistaches. Je travaille à la même place depuis cinq à six ans, aussi la clientèle commence à connaître mes produits. Elle revient et m’envoie des amis.

Comment se déroule votre journée de travail ?

Ma journée commence dans la nuit ! Je suis obligée de me coucher dès 18 heures pour me réveiller vers 23 heures. Je commence alors à préparer ma journée du lendemain. Je dois réaliser mes produits, charger ma voiture et trouver un moment pour faire mes courses. Les noix de coco, les tamarins et chadeks (sorte de gros pamplemousses) par exemple, je les achète au marché de Fort-de-France. J’arrive ici à 6 heures le matin.

Il vous arrive de réaliser des produits spéciaux ?

A l’occasion de mariages, baptêmes, communions ou autres grandes réceptions, je peux faire des petits paniers assez originaux à base de nougats-pistaches que je garnis de friandises. Ca, j’ai dû apprendre à le faire. A l’époque la formation coûtait 50 FF la séance !

Difficiles, les débuts ?

Heureusement, la tâche nous est facilitée par l’évolution des matières premières. Auparavant, il fallait enlever les pellicules rouges sur les arachides une à une. Ca prenait un temps fou. Maintenant, elles sont vendues déjà prêtes à l’emploi et je gagne beaucoup de temps ainsi.

                                                                                       Joël Sandot (06/08)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net