Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Jeudi 20 Juillet
Sainte Marina
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Emmanuelle Roseau

Emmanuelle Roseau.

C ‘est à Nantes que la Guadeloupéenne Emmanuelle Roseau a présenté sa thèse sur les grands rendez-vous de la vie des femmes. Elle étonne : les femmes auraient du mal à devenir vraiment libres. Rencontre.

Pourquoi cette thèse sur la liberté ?

Parce que les femmes sont souvent soumises à des interdits maternels, elles restent longtemps sous l’influence de leur entourage, en particulier des hommes. De plus, les diktats ambiants, véhiculés par les médias, ne les aident pas se fier à leur propre jugement, à leur instinct. Pour toutes ces raisons, je crois que les femmes ont du mal à devenir vraiment libres, à choisir leur vie, non à la subir. Je les invite à s’informer, à se préparer aux grands rendez-vous qui les attendent : biologiques, amoureux, professionnels, et familiaux.
 J’essaie de les éclairer à travers une réflexion et des témoignages pour quelles puissent se donner des priorités, s’écouter et se faire confiance. La liberté, vous avez raison, suppose aussi de respecter l’autre, d’accepter les contraintes mais je crois qu’à partir du moment où nous nous engageons, nous sommes prêts à rétrocéder une part de notre liberté pour en gagner une autre, pour réussir notre vie.

Pensez-vous que certaines femmes qui élèvent un enfant seules ont fait ce choix - consciemment ou non - par compensation, par volonté de combler un manque affectif ou pour donner un sens à leur vie ?

Chaque situation est différente. Elever un enfant seule est rarement un choix car les femmes savent combien cela est difficile, d’autant quelles vivent la plupart du temps dans une grande précarité financière et affective. L’enfant, qu’il soit élevé seul ou pas, donne un sens à nos vies, mais pas seulement. Il ne comble pas un manque affectif. Je pense qu’une femme cherche d’abord à assurer sa sécurité financière, à exercer un métier qui lui convienne et qui l’épanouisse. Pour que l’enfant trouve sa place et son indépendance, il est essentiel qu’elle puisse s’appuyer sur d’autres liens personnels.

"La femme a en soi plus d’expérience de vie qu’un homme": que voulez-vous dire ?

La femme qui devient mère se sent souvent plus responsable qu’un homme car elle donne la vie. En ce sens, elle possède une force, une énergie plus fortes.

L’amitié est une valeur forte, particulièrement lorsqu’on est seul. Comment maintenir les liens après une séparation qui, souvent, les fait éclater ?

Je crois qu’il faut dissocier l’amour qui n’est plus de son rôle de parent, afin d’établir une coparentalité responsable, voire un début d’amitié. Les enfants doivent savoir qu’ils gardent leurs parents, que ceux-ci dépassent les conflits pour leur bien. Il faut en parler, expliquer, se détacher d’un rapport trop passionnel, prendre du recul et devenir adulte.

Vous écrivez que “les familles monoparentales et les familles recomposées ne sont pas de vraies familles pour les enfants qui y vivent dont la mère est d’un côté et le père de l’autre”. Vous m’effrayez... que de gens hors normes, alors!

Vous m’avez mal comprise. Bien sûr que ce sont de vraies familles, mais différentes, pas classiques, où chacun garde tout de même son rôle de parent.

“Peur de perdre son emploi, méfiance des supérieurs, manque de crèches, la société ne favorise pas les femmes qui tentent de concilier leur vie professionnelle et leur vie familiale”: êtes-vous optimiste pour l’avenir, sur ce point ?

Oui, je suis sûre que dans l’avenir des mesures seront mises en place pour pallier ces dysfonctionnements, le processus est irréversible ! Aucun politique ne prendra le risque d’aller à l’encontre de la plus active démographie d’Europe. Ils feront tout pour soutenir l’accroissement des naissances et l’accueil des enfants en bas age. Question de survie !

                                                               Jean-JacquesSeymour (05/08)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net