Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Vendredi 31 Mars
Saint Benjamin
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Pascale Grenié

Pascale Grenié


Architecte événementiel, Pascale Grenié aide ses clients à concevoir et organiser des événements artistiques et culturels. Sa société Amarte, créée en 2005, s’adresse également aux particuliers soucieux de réussir leur mariage ou leur anniversaire. Cette Guadeloupéenne de vingt-sept ans revient pour nous sur son métier, aujourd’hui enseigné à l’université.

Quelle formation avez-vous suivie ?

Une maîtrise en création d’événements culturels après trois ans d’études en Institut universitaire professionnalisant, Métiers des Arts et de la Culture à Nîmes.

Comment s’est passé votre rencontre avec ce milieu ?

J’ai toujours voulu travailler dans le domaine artistique. Quand, petite, certains rêvaient d’être vétérinaire ou pompier, je voulais être professeur de danse. Plus tard, certainement à cause de mon père caméraman, le monde de l’image m’a séduite. Je voulais être photographe ou cadreuse. Au lycée, j’ai suivi la filière littéraire option Audiovisuel. Au moment de choisir mes études supérieures, j’ai décidé d’être du côté des organisateurs plutôt que des artistes.

Pourquoi avoir choisi ce type de service ?
 
J’ai choisi ce type de services car c’est ce que j’aime faire ! J’ai d’abord cherché un emploi dans le secteur, mais en Guadeloupe le tour est assez vite fait. Aucune municipalité ne proposait de poste et mon manque d’expérience professionnelle ne semblait pas emballer les lieux culturels et les agences de communication.

Comment concevez-vous votre travail ? Quels sont les univers qui vous influencent ?
 
Mon travail, je le fais au feeling. Ce ne peut pas être un travail automatique et encore moins répétitif. Même pour un événement qui revient chaque année, il faut sans cesse renouveler ses idées et ne pas se contenter de refaire chaque année la même chose. Je suis influencée parce qui m’entoure. Mes voyages en Nouvelle Calédonie (où j’ai vécu quinze ans), Nouvelle Zélande, Australie, Etats-Unis, Espagne m’ont ouvert de nouveaux horizons et m’ont permis de ne pas rester fermée sur moi-même. Pour les événements s’adressant aux particuliers, je travaille à l’américaine Je suis très pointilleuse sur le thème et je le décline dans ses moindres détails.

Avez-vous un bon tissu relationnel ?

J’essaye car c’est vital dans ce métier. Je suis très réservée à l’origine, mais au fur et à mesure de mon expérience professionnelle, j’ai appris à être beaucoup plus à l’aise et je noue des liens plus facilement. Les gens m’aiment bien le plus souvent. Et heureusement, car j’ai horreur de décevoir et de déplaire !

Donnez-nous de bonnes raisons de faire appel à Amarte ?

J’ai toujours de bonnes idées ! J’aime ce qui est original et nouveau. Pour les événements culturels, je cherche toujours à proposer des concepts innovants. Le syndicat de la coiffure de Guadeloupe fait appel à moi depuis 2005, et je leur ai suggéré de faire de leur événement "Coiffeurs en fête", à l’origine purement commercial, une manifestation plus artistique qui permettrait de promouvoir le talent de ses artisans.
En ce qui concerne les particuliers, c’est un moyen pour eux de se décharger des parties moins fun de l’organisation d’un événement comme la recherche du lieu ou des prestataires. Et puis c’est l’assurance d’avoir des prestataires professionnels et compétents.

Cela coûte-t-il cher de passer par vous ?
 
J’ai différentes formules qui s’adaptent aux besoins de chacun.

Quelle est votre particularité ?
Je ne suis pas agent artistique, attention. Ma particularité est de concevoir un projet nouveau à chaque fois. Je trouve que beaucoup d’organisateurs de salons ici se contentent du minimum.

Pour conclure, quels sont vos projets ?

Développer les prestations pour les particuliers et mettre petit à petit de côté l’associatif car je rencontre d’énormes difficultés pour subvenir régulièrement à mes besoins. Dans ce contexte, je suis dépendante de partenaires financiers qui ne sont pas toujours très pressés de me payer.

Quelle est la prestation dont vous êtes la plus fière ?

Je suis fière de ce qu’est devenu "Coiffeurs en fête". Sinon, mes grands plaisirs sont d’entendre les jeunes mariés me remercier de ma prestation sans laquelle  "ils n’auraient pas profité autant de leur grand jour". Ça me rend beaucoup plus heureuse que tous les euros du monde !

                                                                        Jean-Jacques Seymour (03/08)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net