Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Mercredi 24 Mai
Saint Donatien
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Jenny Dulys

Jenny Dulys


Quand on pense à Jenny Dulys, c’est la politique qui vient à l’esprit. 1ere  adjoint au maire du Morne Rouge, et conseiller général, elle siège aussi au Conseil régional de la Martinique. Ce serait cependant très réducteur de penser que ses engagements ne se limitent qu’à cela. Jenny Dulys est présente dans beaucoup d’autres domaines.

Que faites-vous en dehors de la politique ?

Tout d’abord je chante à la chorale ND de la Délivrance depuis l’âge de 12 ans. En 1974, j’ai été nommée chef de choeur. Dès l’âge de cinq ans j’ai fait partie des Âmes Vaillantes sous la responsabilité de la Grande S½ur Anneville.
A part cela, je suis présidente de l’Auberge de Jeunesse et secrétaire de la Maison familiale rurale. Il s’agit d’un centre de formation qui s’adresse principalement aux jeunes en rupture avec le système scolaire traditionnel. L’auberge de jeunesse du Morne Rouge est la première de tous les DOM tandis que la Maison familiale rurale est la première de la Martinique.

Quels types de formation sont dispensés à la Maison familiale rurale ?

Ce sont surtout des formations agricoles. Nous préparons au BEPA, mais aussi aux services liés à la personne. L’an passé, une section de préparation au concours d’entrée à l’école d’infirmières a été ajoutée. Les formations se font surtout en internat. Cela permet à des jeunes de toute la Martinique d’y participer. Elles sont financées par le Conseil général, le Conseil régional de la Martinique et le ministère de l‘Agriculture.

Comment vous est venue l’idée de vous engager en politique ?
 
Par hasard ! J’étais chez moi tranquille goûtant au repos dominical bien mérité, assise devant la télé à déguster des gâteaux lorsqu’un ami de mon père est venu m’inviter à une réunion politique de Pierre Petit. Nous étions en pleine campagne électorale en vue des municipales. Le maire de l’époque était Edgar Nestoret et Pierre Petit se présentait contre lui. J’ai trouvé cette expérience enrichissante.
Quand M. Petit a constitué sa liste, il m’a sollicitée. J’ai accepté. Une fois qu’il a été élu, je me suis dit: “Ça y est, le travail est fini !". Hélas, il ne faisait que commencer. J’ai été nommée 7ème  adjointe en 1983. Il a été réélu en 1989 et m’a nommée 1ère  adjointe. Ce n’était pas facile avec tous les machos de la commune qui ont tout fait pour m’éliminer. Toutefois, mes pires adversaires ont surtout été les femmes. En 1992, je suis entrée au Conseil régional et, en 1993, j’ai été élue conseillère générale.

Vous lorgnez le poste de maire du Morne Rouge ?

Pierre Petit ne briguant pas un nouveau mandat, je suis candidate à sa succession. Je sais que ce ne sera pas facile, je ne me fais aucune illusion.

Qu’est-ce qu’une femme peut apporter de plus au Morne Rouge ?

En tant que première adjointe, j’assume déjà le rôle du maire, aussi je n’ai aucune crainte.

De tous ces engagements, lequel vous passionne le plus ?

Ma vie entière est un engagement. Que ce soit mes activités dans le domaine chrétien, social, associatif ou politique, toutes me passionnent autant.

Pour concilier toutes ces activités, quel est votre secret ?

Je suis enseignante, directrice de l’école privée catholique"Notre Dame de la Délivrance", au Morne Rouge. Je suis célibataire et sans enfants mais en plus je suis une femme très organisée. Je sais me mettre au service de l’autre, quelle que soit sa couleur politique, sociale ou ethnique tout simplement.

On vit vieux au Morne Rouge ?

La commune ne compte pas moins de quatre centenaires. La doyenne a 108 ans. C’est vrai que c’est un coin de terre accueillant où le climat est agréable.

                                                                                    Joël Sandot(02/08)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net