Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Lundi 23 Octobre
Saint Arnould
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Amandine

Amandine


D’origine guadeloupéenne, Amandine, qui ne baisse jamais les bras, veut se tailler une place dans le milieu du mannequin. Pour réussir, elle frappe sans complexe aux portes des pays européens. Déterminée, rien ne semble arrêter cette belle de 26 ans qui fera sans doute parler d’elle.

Quels ont été vos premiers pas dans le mannequinat ?

Grâce à une connaissance qui m’a fait faire ma première séance photos. Ensuite, j’ai défilé pour des créateurs dont Lassana Samassa un jeune Malien qui monte. Cela m’a encouragé et, je suis entrée dans une agence qui n’a constitué un book de photos plus professionnelles ; ce fut une sorte de tremplin pour moi.

Peut-on dire que tout est allé comme sur des roulettes pour vous ?

Je dirais oui et non. Car je fais des études à côté. Le week-end je défile, donc ce n’est pas idéal, mais par rapport à certains mannequins plus disponibles, j’ai eu beaucoup de contacts d’un seul coup et la chance de faire des défilés en un laps de temps.

Devenir mannequin était un désir de longue date ou bien avez-vous été motivée par  votre entourage ?

A la base j’avais cette envie de devenir mannequin. Bien que la plus jeune, j’ai toujours été la plus grande de ma famille, et la presque totalité des  membres de la famille me motivait à devenir mannequin. Mes parents en revanche étaient plus réservés. Même là encore ils préfèrent que je privilégie les études.

Aujourd’hui où en êtes-vous ?

Je travaille à plein temps. J’ai réussi à accrocher deux agences en France une de mannequins de mode et la seconde de mannequins comédiens. En Angleterre, j’ai intégré une agence et j’y serai dès la semaine prochaine.
Les mannequins noirs de France partent de plus en plus en Angleterre pourquoi ?
Les possibilités ne sont pas évidentes, pour celles comme moi qui ne sont pas des mannequins classique, car je mesure 1,77 m. Les directeurs artistiques préfèrent des Noires élancées de 1,80 m n’ayant pas de formes. Les grandes agences ne prennent que très peu de mannequins noires car elles ont un quota à respecter. De plus, les contrats sont maigres ici.

Avez-vous l’intention de vous installer en Angleterre ?

C’est fort possible. J’ai commencé à faire des castings là- bas, il y a un dé filé qui se prépare le mois prochain et l’agence m’a contactée pour me dire que, déjà des clients sont intéressés par moi. Je partirai dans un pays en fonction de la clientèle car j’ai pas mal de sites qui propose mon profil à différents photographes et stylistes étrangers et cela marche.

Avez-vous les atouts pour réussir dans ce métier ?

Ah oui! Mes atouts, c’est avant tout la détermination, je suis dynamique et jolie. Je pense sincèrement que j’ai les armes pour réussir. C’est un métier dur, il faut savoir encaisser les remarques constructives, afin de s’améliorer.

Que représente la mode pour vous ?

C’est une façon de s’exprimer et chacun l’exprime comme il le veut dans différents styles. Les façons de s’habiller de jeunes filles ne me plaisent pas forcément.

Avez-vous des projets ?

Etant donné que j’ai une formation commerciale et de business woman, j’aimerais monter ma propre société. Ce projet est pratiquement bouclé. Il n’y a plus qu’à le financer.

                                                                                      Ahmed Touré (12/07)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net