Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Mercredi 29 Mars
Sainte Gwladys
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Méryl

 Méryl


"J ‘ai le physique qu’il faut pour répondre aux demandes des créateurs”. Sans perdre de vue son avenir professionnel, Meryl, 19 ans, s’investit encore et toujours sur les podiums. Rencontre avec une jeune femme passionnée.

Vous évoluez dans le milieu artistique.

D'une manière générale, je m’investis dans plusieurs domaines. Depuis l’âge de 12 ans, je fais de la danse. A 14 ans, j’ai défilé pour de jeunes créateurs. Plus récemment, j’ai pris plaisir à me lancer dans de nouveaux projets, tels que les concours de beauté, la figuration, les clips vidéo, les vernissages et différents shootings. Parallèlement, je suis étudiante et je voudrais préparer un master en commerce international. Actuellement, je suis en première année de licence en administration et échanges internationaux. Les études, c’est très important dans la vie. C’est le moment où l’avenir se joue. Il ne faut pas négliger ce passage.

Finalement, vous avez un parcours classique d’étudiante.
Quelle a été votre formation et quels jobs avez-vous exercés jusqu’à aujourd’hui ?

Après l’obtention de mon baccalauréat, j’ai exercé plusieurs jobs, comme tous les jeunes qui souhaitent se prendre en main et qui sont motivés dans la vie. Je suis occasionnellement hôtesse d’accueil dans l’événementiel, pour plusieurs agences, ce qui s’accommode tout à fait avec mes études et le basket-ball, mon autre passion. C’est un métier que j’apprécie  pour son contact humain. Mon sens du relationnel se développe ainsi constamment. J’aime être entourée et je pense que, dans le milieu de la mode, il faut savoir s’ouvrir. J’ai eu la chance, et ce pendant deux ans, de suivre une formation de mannequin, à quatorze ans. Grâce au créateur Malay Phcar, qui le premier m’a donné ma chance. Environ trois fois par mois, j’apprenais à défiler, à poser, à me mettre en valeur. C’était assez difficile, mais maintenant je ne peux plus me passer des podiums, et je le  remercie.
Comme je mesure un mètre soixante-quinze, j’ai le physique qu’il faut pour répondre aux demandes des créateurs.

Quelles sont vos priorités ?

Mes études sont primordiales et ma famille est, depuis toujours, assez stricte de ce côté-là. Notre avenir étant assez incertain, il faut mettre toutes les chances de son côté pour l’assurer. Même si j’ai des propositions, je garde les pieds sur terre, car en France il est difficile de percer en tant que modèle noir, et d’en vivre. Aussi mes proches et le sport sont indispensables à mon équilibre. Vous voyez, on peut faire marcher son intelligence et savoir marcher lors d’un défilé.

Vous participez à des défilés, qu’est-ce que cela implique pour vous ?

J’aime la mode, les créations, le stylisme, tout ce qui touche à l’esthétique, plus particulièrement ethnique... J’aime que mon image puisse contribuer à tout cela. Je garde de chaque défilé une expérience enrichissante et mémorable, sur le plan humain notamment. Cette année, j’ai réalisé d’autres projets, principalement des clips d’artistes afro-carribéens, des shootings, un show coiffure et des concours de beauté tels que Miss Kréole 2007 et Miss Métiss’attitudes 2007. A chaque fois, j’ai pu mettre mes origines en avant. J’en ressors grandie et plus confiante.
Tout ce que j’ai fait m’a particulièrement mise en valeur. Je me sens bien dans ma peau, parce que je ne suis pas qu’une apparence. Je suis un être vivant qui a son mot à dire, une place à se faire et des origines à faire partager.

Quelle contribution souhaitez-vous apporter à la société ?
Je pense être déterminée et rigoureuse dans tout ce que j’entreprends. Je voudrais être l’exemple qui prouve qu’avec motivation et passion, on arrive à faire ce dont on a envie. J’aime les contacts, découvrir des choses nouvelles. J’exerce plusieurs activités, et toutes avec plaisir.

Parlez-nous de votre vie sociale ?

Le mannequinat et l’activité d’hôtesse d’accueil m’ont changée. Je suis plus ouverte. J’ai compris que pour réussir de nos jours, il faut se montrer, s’affirmer, s’exprimer. C’est en allant vers les autres que j’apprends, surtout auprès de modèles expérimentés.
En dehors de ce milieu, j’ai une famille très présente et des amis de confiance, qui me soutiennent et m’encouragent. Je pense avoir beau coup de chance. Je suis bien entourée.

De quoi êtes-vous la plus fière aujourd’hui ?

D’être la fierté de mes parents, que ce soit au niveau de mes études, du milieu artistique, ou tout simplement de ce que je suis devenue. Ils me le répètent souvent, ce qui m’émeut énormément. Ils ont confiance en moi et sont persuadés que je réussirai dans la vie. A moi de ne pas les décevoir ! Tous mes succès, je les dois en partie à ceux qui croient en moi.

Votre vision de la vie ?

Nous avons peu de temps pour faire notre chemin. Cependant, il faut toujours regarder la vie positivement et être consciente de notre chance. Il ne faut jamais baisser les bras, il faut persévérer pour arriver au bonheur. Le plus important est de se fixer des objectifs et de réussir à les atteindre. Pour l’instant, j’ai réussi un beau parcours et ce n’est qu’un début.

Vos coups de coeur ?

Je suis une personne sensible et passionnée. C’est pourquoi j’ai plusieurs coups de coeur. Concernant le domaine artistique, j’ai souvent été touchée de porter les magnifiques tenues de créateurs connus ou non. Ce sont des choses importantes pour eux. On veut être à la hauteur. Je suis également admirative devant la motivation et l’investissement des présidentes de mes concours de beauté, qui veulent mettre en avant l’esthétique d’ailleurs et se battent pour un idéal.. Je suis heureuse d’avoir participé.

Où vous voyez-vous dans dix ans ?

Je me vois occuper un poste de cadre commercial dans les Caraïbes, toujours en m’investissant dans le mannequinat et pourquoi pas chérir mon premier enfant.

                                                                        Jean-Jacques Seymour (12/07)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net