Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Samedi 18 Novembre
Sainte Aude
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Marie Chassan

Marie Chassan


Créatrice de bijoux, elle a lancé la griffe Cafrine, reconnue dans le milieu de la mode. Dans son atelier boutique de Saint Cyr sur mer, la Réunionnaise jongle avec matériaux naturels ou sophistiqués pour créer une collection d’accessoires riche en couleurs. Rencontre avec une fille créole de la diaspora.


Vous créez des bijoux pour la Haute Couture. D’où vient le nom de votre griffe ?

Le mot cafrine désigne, à la Réunion, les filles des îles d’origine africaine. J’ai choisi ce nom pour bien marquer la force des liens qui existent entre mon île et l’Afrique.

Créer est-ce pour vous une vocation ?

Créer des bijoux c’est un métier, une passion. En lançant, ma propre griffe, j’ai réalisé un rêve d’enfant. Si ma marque commence sérieusement à se faire un nom dans le milieu de la mode, il me reste encore du chemin à parcourir pour que je puisse m’affranchir du travail d’atelier que je réalise pour quelques grands noms de la Haute Couture. Fille de la diaspora, je souhaite, à travers mes créations, affirmer mon identité et démontrer toute la créativité et le savoir-faire de mon île.

Quels sont ceux avec qui vous travaillez ?

Je n’ai pas le droit de les divulguer. C’est stipulé dans mes contrats. Les pièces que je réalise sortent de mon atelier pour aller directement dans les boutiques des couturiers et sont griffées sous leur nom.

Comment vous êtes-vous décidée à lancer votre marque ?

Je voulais offrir une totale liberté à mon imagination. J’ai créé, en 2001, à Saint Cyr sur mer, mon atelier où ma ligne fantaisie de luxe a trouvé toute sa place. Ma griffe allie des matériaux nobles, bruts, l’argent, l’or, la pierre, les perles, le papier. Et puis je suis sollicitée par le gotha de la création et de la Haute Couture dès lors que le côté éthique est mis en avant.

Vos pièces sont-elles uniques ?

Il y a chez Cafrine beaucoup de pièces uniques. C’est normal. Je crée aussi des bijoux personnalisés pour une clientèle privée.

Qui porte ces bijoux ?

Madame tout le monde, des personnes qui ont compris que l’artisanat était aussi synonyme de bon goût.

Avez-vous d’autres surprises à nous réserver prochainement ?

Au gré de mes inspirations et des saisons naissent ces univers ethniques enchanteurs et ces morceaux de notre artisanat. Plus qu’une caresse des yeux, je veux offrir à mes clients une page de mon patrimoine artistique. Je veux qu’ils partent à la rencontre des peuples, qu’ils découvrent l’art de vivre et les traditions de notre planète. Car l’amour du beau est une langue aux multiples intonations. Point n’est besoin de la parler, juste de l’admirer.

                                                                       Jean-Jacques Seymour (06/07)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net