Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Samedi 18 Novembre
Sainte Aude
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Lukenny Kichenin

Lukenny kichenin


Quelques années à travailler dans la restauration  ont permis à Lukenny d’acquérir l’expérience du métier. Avec son mari Alain Kichenin, ils se sont récemment mis à leur compte et lancé un snack ambulant.

Pourquoi avoir choisi de vous mettre à votre compte ?

Je travaillais à mi-temps comme serveuse dans un snack. Le salaire n’était pas mirobolant. Avec mon mari, nous nous sommes lancés en créant Lucky Snack. Nous avons racheté une ambulance d’occasion que nous avons aménagée pour exploiter notre activité.
Nous nous y conformons aux normes de la profession. Les paillasses sont en inox, nous utilisons des gants pour servir, etc.

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie de famille ?

Pour les enfants, le rythme de vie n’est plus du tout le même !
Avant, ils pouvaient se lever beaucoup plus tard. Maintenant c’est la course le matin. Ils sont obligés d’aller à la garderie avant l’ouverture de l’école.
Notre chance c’est que l’école le snack et le garage où travaille mon mari sont proches. C’est plus intéressant que s’il y avait un long trajet à faire.

Vous avez connu une mésaventure, n’est-ce pas ?

Oh oui ! Sur recommandation d’un ami, nous avons eu un contact avec un commercial qui nous a proposé la création d’une entreprise "clés en mains”. Il devait s’occuper de toutes les formalités administratives. Il s’est même fait accompagner d’un notaire ayant pignon sur rue. Nous jeunes, nous nous sommes faits avoir. Nous lui avons versé un acompte de 1 600 euros. Depuis, plus rien, l’adresse était bidon, le téléphone ne répond plus, les portables renvoient sur la messagerie.
Apparemment nous ne sommes pas les seuls à nous être fait voler par ce monsieur. Nous sommes en train de nous organiser pour une plainte commune.

Arrivez-vous à vous en sortir ?

Pour l’instant, nous démarrons à peine. Il n’y a que quelques mois que nous avons ouvert, aussi les habitudes ne sont pas encore prises.
Nous sommes situés juste devant un atelier de réparation de pneus. Les gens ont l’habitude de venir avec leur casse-croûte à consommer pendant la réparation. Maintenant qu’ils savent qu’ils pourront trouver de quoi se restaurer, j’espère bien qu’ils profiteront de nos services. Lucky Snack leur offre des sandwiches et autres boissons fraîches.

Tenir un snack seule c’est dur ?

Toute seule oui ! Je remercie beaucoup Alain mon mari. Il m’est d’un très grand secours et soutien moral. Nous sommes associés dans cette affaire. Le matin, il m’aide à installer et le soir à fermer. Il est responsable de l’atelier situé juste à côté, aussi sa seule présence me rassure. Et puis, à la maison, il prend le relais. C’est lui qui va chercher les enfants è l’école et assiste aux réunions de parents. Il m’aide beaucoup.

                                                                                        Joël Sandot(03/07)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net