Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Dimanche 30 Avril
Saint Robert
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Frédérique Enéléda

Frédérique Enéléda


Frédérique Enéléda, 34 ans, de mère panaméenne et de père martiniquais, est végétalienne, (elle ne mange ni viande, ni poisson). Elle travaille depuis 6 ans à la fédération Nationale des Chasseurs (FNC) et nous raconte le paradoxe entre son mode de consommation et sa vie professionnelle. Dans un monde réputé très peu tolérant, elle a réussi à se frayer un chemin.

Quels sont le ou les éléments déclencheurs, qui ont fait de vous une végétalienne ?

A l’origine, je ne suis pas une grande fanatique de viande mais j’en consommais tout de même. Je suis devenu végétalienne depuis maintenant 9 ans et un des facteurs qui m’a incité à ne plus consommer de viande, ni de poisson c’est mon dégoût de la restauration. En fait, j’ai travaillé quelques années dans ce domaine et j’ai été écoeurée de voir autant de viande, j’ai pris conscience de la somme innombrable d’animaux abattus uniquement pour remplir nos assiettes.

Depuis que vous êtes devenue végétalienne vous est-il déjà arrivé de remettre en question votre façon de vous nourrir ?

Oui, quand j’ai commencé travailler à la FNC. Comme tout être humain, je doutais et pensais parfois que ma façon de me nourrir n’avait aucun sens, notamment parce que je côtoie à longueur de journée des chasseurs. J’avais peur que cette différence me marginalise et fasse de moi une personne socialement compliquée, mais, très vite j’ai compris que c’était une décision privée et qu’il ne servait à rien de revenir sur ce choix. Par ailleurs, je tiens à préciser que je travaille dans un endroit où sont traitées les affaires liées à la chasse et ce type de fonction reste purement administrative. Je n’assiste pas aux battues, ni aux parties de chasse.

Quelles sont les différences entre le végétarisme et végétalisme ?

Le végétarisme consiste à éliminer seulement la viande de l’alimentation ainsi que tous les aliments contenant des protéines animales. Les végétariens mangent du poisson, des crustacés, des fruits de mer, des oeufs et des produits laitiers. Par contre, le végétalisme est un régime un peu plus strict, il consiste à éliminer tous les aliments contenant des protéines animales ainsi que la viande, le poisson, les produits laitiers, contrairement au végétarien. Bien que je n’aime pas me classer dans une "case", je suis plutôt végétalienne, mais avec mes préférences, puisque c’est une démarche tout à fait personnelle et donc par souci de santé je mange des produits laitiers ! En revanche, le végétalisme et le végétarisme répondent à peu de choses près, aux mêmes règles, celles de ne pas tuer d’animaux pour les manger. En effet, nous considérons que nous n’avons pas de droit sur la vie d’un être vivant et nous nous sentons beaucoup mieux quand nous consommons des fruits et légumes.

Quelles sont vos fonctions au sein de la FNC (Fédération Nationale des Chasseurs) ?

Je suis secrétaire, je suis au service de la Direction. Pour résumer je suis polyvalente. Je suis au standard, je reçois les appels téléphoniques et les personnes physiques. Je gère le courrier, je rédige les lettres et réalise toutes autres formes de tâches administratives.

Pourquoi avoir choisi de travailler dans un endroit qui ne colle pas parfaitement à vos principes nutritionnels ?

Auparavant, je travaillais également dans le domaine cynégétique (en rapport avec la chasse), j’occupais le même poste qu’ici, dans un magazine, mais j’avais beaucoup moins de responsabilités et je ne pouvais pas prendre énormément d’initiatives. J’ai donc décidé de rechercher un poste avec une plus grande perspective pour mon avenir. Je suis tombée presque par hasard sur une annonce d’emploi à la Fédération Nationale des Chasseurs, j’ai envoyé ma candidature et j’ai été reçue ; aujourd’hui je suis toujours ici.

Vous êtes africaine, végétalienne, avec de surcroît un style bien particulier. Comment s’est déroulé votre entretien avec vos recruteurs à la FNC ?

Je me souviens de ce jour comme si c’était hier. J’avais rendez-vous à la FNC avec la Direction. Devant moi, je voyais défiler les jeunes femmes qui avaient postulé à cet emploi de secrétaire. Elles étaient toutes parées de superbes vêtements et portaient des serviettes. En revanche, moi, j’étais venue presque les mains dans les poches, avec mes "dread locks” et mon foulard sur la tête, façon pure africaine. Après l’entretien, je ne pensais pas un seul instant pouvoir décrocher la place à cause de la concurrence que je venais de voir défiler sous mes yeux. J’ai été très surprise lorsque l’on m’a appelée pour m’apprendre que ma candidature avait été retenue et si j’étais toujours disponible pour venir travailler. Bien que j’avais toutes les qualités et l’expérience requises pour cet emploi, je pense que mon look atypique m’a permis de me démarquer des autres postulantes.

Vous n’avez donc pas subi de discriminations de par vos origines, votre style de vie et votre façon de manger ?

Non, pas du tout. Dès le départ les membres de la FNC, ont su être tolérants. J’ai fait mes preuves au travail et ils me font confiance. J’ai d’ailleurs été surprise de me voir aussi rapidement acceptée. Je ne m’étais jamais autant épanouie dans un emploi. Ici l’ambiance est chaleureuse, presque familiale. Le monde des chasseurs, contrairement aux a priori, est un monde assez convivial.

Face à votre végétalisme, quelles ont été les réactions des autres salariés de la FNC ?

Pour les salariés ça n’a posé aucun problème. Ils ont très bien réagi. Par moment, surtout quand nous sommes conviés à des réunions accompagnées d’un déjeuner, je suis la cible de quelques moqueries, mais rien de bien méchant. Les chasseurs sont souvent perçus comme des êtres fermés, conservateurs... Cependant, contrairement aux idées reçues, les personnes avec qui je travaille sont plutôt ouvertes d’esprit et ont très bien accepté mon végétalisme. Ils ont compris qu’il s’agit d’un choix personnel. D’ailleurs, je n’impose pas mon mode de consommation aux autres et respecte les omnivores.

                                                                                      Darine Habchi(03/07)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net