Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Dimanche 26 Mars
Sainte Larissa
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Coline Toumson

Coline Toumson



Coline, 26 ans et co-organisatrice du festival Variations Caraïbes, vient nous parler de son bébé, qui a plutôt bien réussi sa première édition. Parisienne depuis bientôt quatre ans, martinico-guadeloupéenne, la soif de connaissances de la jeune femme sur son histoire et sa culture l’amène très vite à effectuer des études en rapport avec les Caraïbes. C’est donc une "working girl” déterminée, surmenée mais avec le sourire qu’Amina a rencontrée.

Pouvez-vous vous présenter à nos lectrices ?

ColineToumson née à Fort-de-France et revenue à Paris pour finir des études d’histoire amorcées à la Martinique. Après une hypokagne entamée au lycée Bellevue à Paris, j’ai tout d’abord effectué une licence d’histoires sociales et culturelles, puis un DEA en histoire des relations internationales appliquées à la Caraïbe et enfin un master pro en coopération artistique.
J’avais vraiment besoin de mieux saisir l’histoire de mes cultures et de m’enrichir personnellement  de tout cela pour mieux aborder notre espace culturel.

Comment et quand avez-vous décidé de mettre sur pied le festival variations Caraïbes ?

Dans le cadre de mon master professionnel de coopération culturelle, il me fallait monter un projet d’action culturelle. J’étais très sensible ces dernières années aux différents événements que Paris consacrait aux activités caribéennes. En sillonnant les Caraïbes afin de voir ce qui se fait de mieux dans chaque île des Antilles, c’est le choc. Je m’aperçois que contrairement à des îles comme St-Domingue, Trinidad et Tobago, etc., les îles francophones manquent d’un festival phare, qui mette en avant ses artistes. Comme le Festival de jazz de Sainte Lucie, le Festival de meringue de Santo Domingo, le Festival de calypso à la Barbade... Les îles françaises me semblent, au final, sous-représentées alors que nous avons une richesse artistique foisonnante, et des artistes qui méritaient d’être portés. Avec mes deux collaboratrices, on s’est retrouvé et avons décidé de monter un projet, loin des clichés dont sont affublés nos artistes et nos arts.

Quel est le contenu de ces cinq jours dédiés à la Caraïbe ?

Le festival a pour ligne directrice ses cinq espaces créoles et francophones afin de rallier les différents univers, de les mettre côte à côte pour s’offrir un bon moment culturel autour d’Haïti de St-Domingue, de Trinidad, de la Martinique, de la Guadeloupe, et de montrer que les îles françaises ne sont pas seules dans le bassin caraïbéen. Montrer qu’elles ont des soeurs, et qu’elles partagent une histoire en commun, une langue aussi. Je me suis rendu compte de l’extrême effervescence de la création artistique afro-caribéenne et du renouvellement incroyable de cette création incessante qu’il me fallait absolument rassembler, connecter, pendant quelques jours. Prenez l’exemple de Bwakoré, ce groupe formidable qui mélange musique traditionnelle caraïbéenne et de jazz ou encore Kolo Barst et son blues créole, pas forcément nouveau mais qui a touché le public martiniquais, Dominik Coco, Inès, artiste antillaise née en France et qui fait de la new soul en langue créole haïtienne, guadeloupéenne, et bien d’autres...

Un mot sur les artistes : Comment ont-ils perçu le projet ?

Les artistes ont tous adhéré au projet. Il faut dire que ce festival leur est totalement consacré.

Un message à nos lectrices ?

C’est une expérience douloureuse- mais vraiment exaltante. C’est l’occasion, pour nous autres jeunes caraïbéens, de prendre en charge nos cultures, véritablement, et de jeter un regard nouveau sur elles. De contribuer également à l’approche que tout un chacun a de nos cultures, en y apportant notre touche, en s’appropriant vraiment les choses. Il faut y mettre toute sa générosité son envie, le faire avec bonheur. Parce qu’on y prend un réel bonheur... On remercie d’ailleurs nombreux partenaires, d’avoir perçu en notre projet un intérêt réel. Alors les jeunes, n’hésitez à vous lancer dans un projet avec conviction.  
                                                                                     Jessica Barre(02/07)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net