Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Mardi 24 Octobre
Saint Florentin
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Orlane Hoareau

Orlane Hoareau


Dans les bacs, cette chanson fera date. Et ce n’est pas un hasard  si Orlane, la chanteuse chouchou des Antillais, a été choisie pour l’interpréter. Un bol d’oxygène dans un monde de violence pour indiquer que tout espoir n’est pas perdu. La chanteuse s’en est expliquée avec Amina.

“Nouveau Monde". Pourquoi ce titre et qu’est-ce qui a déclenché votre envie de chanter cette chanson ?

“Nouveau Monde” est une chanson écrite par Serge Bilé et composée par Harry Diboula. Le titre de cette chanson a donc été choisi par son auteur. Je m’y reconnais tout à fait. Il me semble que cette chanson est tout d’abord l‘exposition d’un certain idéal devant un constat on doit faire quelque chose pour un monde où les idées se dégradent dans une constante recrudescence d’intolérance de l’autre, dans une apologie de la violence pour annihiler l’autre.
Cette chanson veut néanmoins tenter d’expliquer que tout espoir n’est jamais perdu : c’est mon credo dans la vie et c’est ce que je voudrais enseigner à mon fils comme l’un des plus beaux principes de la vie. Belle entrée en matière…

Ce titre est-il révélateur de son contenu ? Est-ce une leçon de morale que vous donnez ?

Le titre de la chanson est induit par son contenu. Puisque le monde est ainsi, il nous faut faire appel à ce que nous avons de meilleur en nous- mêmes pour créer quelque chose de nouveau et de suffisamment fort pour balayer la violence, le désespoir et une certaine misère intellectuelle, celle qui nous fait souvent refuser l’autre à cause de ce qu’il est ou de ce qu’il représente. Je pense que c’est là une leçon d’espoir avant tout. Voilà ce qui mine nos vies bien souvent : l’absence de rêve et d’espoir. C’est pourtant bien cela qui fit progresser nos sociétés en d’autres temps.

S’inscrit-il dans votre pensée habituelle ?

En partie, même si, je l’avoue, je ne suis pas toujours optimiste à propos de la nature humaine. Mais les grandes idées me convainquent facilement, je m’y range volontiers.

Peut-on dire que là ou ces paroles sont entendues, la peur de l’autre disparaît ?

Je crois beaucoup en la force d’un certain discours dès qu’il est fort et argumenté autour d’une idée  qui, comme celle-ci est hautement fédératrice. Cela dit, une chanson n’est pas une baguette magique. Disons qu’elle peut avoir le pouvoir de provoquer un sursaut ou de faire naître l’envie d’y croire. C’est pourquoi il peut être utile de la chanter aux enfants en particulier.

Ce titre fait de vous une artiste engagée ? Vous considérez- vous comme une artiste engagée dans la mesure où vous mettez votre intelligence et votre créativité au service d’idées philosophiques qui préfigurent un monde meilleur ?

Je ne suis pas l’archétype de la chanteuse engagée, mais il me plaît de me mettre au service d’une cause intelligente.
J’ai un enfant de deux ans, la planète est peuplée d’autres enfants comme lui à qui il faut donner un monde vivable où le plus grand nombre saura vivre dans la tolérance et le respect.
La pensée unique gagne chaque jour du terrain et elle génère le mépris et la fermeture d’esprit. Il faut se battre autant qu’on le peut contre cette médiocrité. Les chansons et leurs messages, quels que soient leur formulation et leur style, peuvent y contribuer. Je prête simplement ma voix pour être utile à ma manière, en chantant.

Désespérances humaines, injustices, pauvreté, solitudes, et autres. Quelle est la réaction de l’artiste, face à toutes ces formes de dérives qui contribuent à la fracture sociale et raciale ?

L’artiste réagit selon sa culture de dire, selon son talent et sa sensibilité bien sûr. Tout le monde peut constater les dérives de nos sociétés mais tout artiste n’a pas le talent pour dénoncer et proposer autre chose. Certains chantent, d’autres parient, d’autres encore s’allient et soutiennent divers mouvements politiques. C’est très bien et cela peut parfois faire intellectuellement avancer les choses pour les voir ensuite progresser sur le terrain. Bouger toujours pour ne pas rester insensible. Il s’agit parfois aussi de montrer l’exemple ou de parler pour ceux qui n’ont pas de voix.

Chaque chanson engagée doit être une perche pour faire avancer le monde. Celle-là le sera- t-elle ?

J’ose y croire oui, justement parce qu’elle est simple et sincère.

Quel message l’auditeur devrait-il retirer de l’écoute de votre interprétation ?

Si cette chanson peut faire avancer celui qui l’écoute, on aura déjà gagné quelque chose.
J’espère déjà que ma voix et mon interprétation donneront un souffle particulier au message que contient cette chanson. J’y ai mis le meilleur de moi-même pour une idée en laquelle je crois. Le but est de convaincre.

Vos prochains projets ?
Continuer le plus longtemps possible à faire ce métier que j’adore.

                                                                         Jean Jacques Seymour(01/07)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net