Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Samedi 19 Aout
Saint Jean Eudes
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Magali Puisard

Magali Puisard


 
Pendant quatre ans, Magali Puisard a travaillé dans un bazar à Trinité. A l’échéance de son contrat elle a décidé de se mettre à son compte.

Comment définissez-vous votre nouvelle activité ?

“Mag+” est le type même du commerce de proximité. C’est un bazar où je vends du petit électroménager, des produits capillaires, des produits d’entretien, du tabac, des idées cadeaux, avec un tout petit rayon de produits alimentaires.
J’ai tout juste quelques boissons fraîches et alcoolisées. J’ai profité de la fête des pères pour ouvrir ma boutique.
Nous sommes situés à l’entrée du bourg, à côté de l’Office du Tourisme et de la mairie.
Accessoirement, comme mon fiancé est exploitant agricole, je place certains de ses produits maraîchers ici.

Comment l’idée vous est-elle venue ?

Je suis originaire de la commune et j’avais souvent entendu les gens répéter qu’au Gros-Morne, il n’y a rien.
J’ai senti qu’effectivement il manquait un petit commerce comme le mien dans un lieu assez central. Je suis du genre à refuser la fatalité ! Une fois mon contrat terminé, j’ai préféré me mettre à mon compte, plutôt que d’attendre un hypothétique emploi.
C’est vrai que ce n’était pas mon projet initial. Seulement ce que je voulais faire nécessitait une mise de fonds au départ que je n’avais pas. J’y ai donc renoncé et choisi de créer un bazar.
J’avais déjà envisagé de m’installer dans ce local mais les fonds me manquaient. Je remercie mon fiancé qui m’a aidé financièrement à démarrer. Grâce à lui, j’ai pu prendre le local en location et investir sur le stock de démarrage. 

Pourquoi votre projet initial n’a-t-il pas abouti ?

J’avais sollicité une aide du PIJ (Projet Initiative Jeune) qui m’a été refusée parce que les charges étaient trop lourdes

Vous pensez vous développer ?

Dès que la boutique aura démarré, j’envisage d’avoir un local dans un centre commercial des environs… Je sais qu’il y a des projets d’aménagement pour le Gros-Morne, sinon je pourrai aller dans l’une des villes voisines.

Le commerce, ce n’était pas votre vocation au départ ?

Je suis plutôt une littéraire. D’ailleurs, plus jeune j’écrivais des poèmes. J’ai également écrit des nouvelles que je n’ai pas encore eu l’occasion de publier.
Ainsi, après mon bac lettres, j’ai suivi une formation en Gestion commerciale, à la Martinique.

                                                                                        Joël Sandot (11/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net