Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Mercredi 28 Juin
Saint Irénée
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Sandra Edwige

sandra-edwige


La nature généreuse, le soleil permanent, la mer turquoise mais aussi l’histoire du pays font de la Guadeloupe une île d’inspiration pour de nombreux peintres. De nombreux styles s’y côtoient en toute symbiose. Expression de joie, de colère, de paix ou de souffrance, images de la vie, la peinture plus que jamais est une expression majeure qui unit l’âme et la matière. L’artiste plasticienne guadeloupéenne Sandra Edwige s’est confiée à Amina.

Rappelez-nous vos passions et vos centres d’intérêt ?

Je suis artiste plasticienne professionnelle depuis décembre  1999, date de ma première exposition (Mistika). Pour moi, “l’artiste est le témoin de son époque”, ainsi je construis mon art pictural comme on construit son identité dans la Caraïbe.
Mes passions : Les voyages, la rencontre avec les gens, le cinéma, la musique, la peinture... Quant à mes centres d’intérêt j’aime faire découvrir les arts plastiques, par le biais de l’enseignement, essayé de dynamiser les arts plastiques en créant des événementiels et en m’exportant le plus possible, pour faire découvrir l’art caraïbeen.

Quelle formation avez-vous?

Je suis diplômée de la Faculté d’histoire de l’art, en Beaux-arts.

Qu’est-ce qui vous a amenée à la peinture ?

Depuis mon enfance, je suis attirée par les arts plastiques. Je me rappelle que dans les années 1978-1980, j’ai vécue dans la région parisienne avec mes parents et un jour ma mère m’a emmené visiter le musée du Louvre. Je pense qu’inconsciemment cela a provoqué un déclic alors quand je l’ai pu, je me suis orientée vers une filière artistique au lycée.

Quand on entend parler de votre inspiration, on l’impression que vous faites partie de ces artistes dévorés par le feu sacré. Notre impression est-elle exacte ?

Oui, il existe une culture antillo guyanaise, afro caraïbéenne, c’est cette identité que j’essaie de transcrire à travers mon art.

Si vous deviez décrire votre style, quels éléments mettriez-vous en avant ?

C’est un art afro-caraïbeen qui reflète mon environnement, inspiré par l’esprit du métissage, je tente de me construire une image de moi- même qui pousse à dire au monde que j’existe dans la singularité qui s’orchestre autour d’un, je suis, tu es, nous sommes, ils sont, pour hier et pour demain.

Quelle est votre technique picturale ?

Je n’en ai pas spécialement. Je travaille surtout l’acrylique sur toile de jute, mais aussi des techniques mixtes tel que le couteau, la cire, du sable, des incrustations (noix de coco, coquilles d’oeuf) et des matériaux de récupération. Ma technique je l’adapte en fonction du message que je veux faire passer.

Entre figuratif et abstraction, comment identifier votre peinture ?

C’est un mélange des deux. Ma peinture est basée sur mes propres codes symboliques, graphiques, et une palette graphique dominée par des couleurs chaudes qui reflètent mon environnement l’orange, le rouge, le jaune, le vert.., sont des couleurs dominantes dans mes oeuvres.

Est-ce que vous réfléchissez longuement à une création avant de la réaliser ou est-ce que les formes vous viennent spontanément ?

Non, les formes me viennent spontanément.

Cherchez-vous à inspirer, à guider, ou à imposer votre vision à votre public ?

Plus à inspirer et à guider ma vision à mon public.

Que vous apporte la peinture en général ?

La peinture m’apporte le calme, l’apaisement, mais aussi permet de belles rencontres, à faire passer des messages, et à revendiquer.

Cherchez-vous à faire passer un message au travers de vos oeuvres et si oui lequel ?

Oui, le message que je cherche à faire passer, c’est qu’il existe une identité créole, afro-caraïbeenne, nous avons une histoire qui diverge en fonction du lieu où nous habitons, de notre vécu, et de notre parcours, mais toutes ces différences, montrent notre originalité et fait notre richesse culturelle, c’est ce message que j’essaye de faire passer à travers mes oeuvres.
Il existe un art antillo-guyanais, afro-caraïbeen qui ne demande qu’à exporter et se montrer car il existe une identité créole.

Vos projets pour cette année ?

Exporter ma nouvelle exposition qui s’intitule‘Maronie” en Martinique, en Guyane puis à Paris, à la rentrée prochaine.

                                                                      Jean-Jacques Seymour (08/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net