Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Jeudi 29 Juin
Saint Pierre
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Marie-Angélique Lacordelle

marie angélique Lacordelle


Championne de France de 400m junior en 55’’18’ en 2005, Marie-Angélique Lacordelle n’a jamais été aussi vite. Elle bat son propre record sur 100 m en 11.9’ et égalise son record sur 200m en 24.0’. Elle réalise les minimas sur le 200 m et le 400 m.

Une belle saison pour vous. Pouvez-vous revenir sur les événements qui vous ont le plus marquée ?

En effet, cette saison a été bien remplie pour moi. Ça a commencé tout d’abord par une deuxième place aux championnats de France en salle cet hiver ; ensuite, il y a eu ma médaille de Bronze aux Carifta games en Guadeloupe, une performance (52’20’’sur 400 mètres) qui m’a permis dans le même temps d’améliorer le record de la Guyane et d’effectuer les minimas pour les mondiaux de cette année.

Avez-vous suivi une préparation particulière pour cela ?

Oh oui ! Le bilan est très positif mais c’est aussi le fruit de beaucoup de travail aux côtés de mon entraîneur Bruno Rickel. On a rajouté un jour d’entraînement supplémentaire par semaine. Nous avons commencé la préparation très tôt en août en plus du renforcement musculaire et j’ai couru beaucoup de longueurs, notamment des 800 mètres.

Quelles sont les échéances à venir pour cette année ?

Eh bien ce sont les championnats de France cet été et puis surtout les championnats du monde de Pékin en août.

Comment êtes-vous arrivée à l’athlétisme ?

J’en ai fait petite mais je jouais surtout au basket ; ensuite, des douleurs au genou m’ont obligée à arrêter. Après quelques années, comme je ne faisais rien, ma mère m’a encouragée à m’inscrire au club de Montjoie. C’était il y a déjà trois ans.

C’est peu trois ans pour améliorer un record national. On sait que Marie-Josée Perec vous aime beaucoup. Elle vous a prise à part lors des Carifta que vous a-t-elle dit ?

Oh oui Elle m’a dit qu’elle était fière de moi, que j’irais loin et que même si je souffre, il faut que je tienne car j’ai tout pour réussir... Je pense qu’elle s’est revue en moi.

Quelle suite comptez-vous donner à votre carrière ?

Eh bien j’envisage de partir en métropole après mon Bac que j’ai passé cette année pour, d’une part, poursuivre des études de commerce et d’autre part, avec l’aide de mon entraîneur, trouver un bon club où je vais pouvoir poser mes valises. 
                                                                                     Max Mayoute (08/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net