Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Vendredi 24 Novembre
Sainte Flora
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Stella Virolan

stella virolan


Stella Virolan fait partie de ces jeunes athlètes qui assurent la relève de l’athlétisme aux Antilles. La jeune Stella est un espoir de poids pour les dirigeants. Elle permet de mettre en avant cette discipline peu médiatisée. Stella, vous exercez une discipline qui n’est pas très connue chez les filles.

Quels sont vos meilleurs souvenirs cette année ?

Et bien ça a été mon concours aux Carifta games et cette troisième place avec un jet à 14,28 mètres.

Quelles sont vos échéances à venir pour cette année ?

Il y a le championnat de la Guadeloupe dont je suis la tenante en titre junior ; ensuite  il y a bien évidemment les "France” et puis les championnats du monde pour lesquels j’espère effectuer les minimas. Concernant les championnats de France, l’année dernière j’avais la meilleure performance nationale de l’année ; malheureusement, j’ai fini le concours majeur avec la médaille d’Argent. Cette année je compte bien aller au bout.

Quel a été votre parcours jusqu’ici ?

Disons qu’il n’y a rien de particulier, si ce n’est que j’ai dû m’arrêter il y a un peu plus de trois ans à cause d’une blessure liée à ma façon de lancer qui était traumatisante. Depuis, j’ai adopté une nouvelle technique et j’ai changé ma forme de travail. J’espère en récolter les fruits très vite.

Vous avez changé votre forme de travail… C’est-à-dire ?

Et bien cette saison, par exemple, j’ai commencé, sous les ordres de mon entraîneur, Ely Eugénie, par un énorme volume de course à pieds. La prise de l’engin n’a eu lieu qu’au mois de février et en plus de cela on a beaucoup plus insisté sur le renforcement musculaire basé sur la préparation physique générale. J’ai perdu beaucoup de poids et je dois me faire aux changements que cela engendre.

Quelle est votre particularité en tant qu’athlète ?

Je ne sais pas si c’est ce que vous me demandez, mais par rapport à ma motivation je dirais qu’elle est solide. Je suis une vraie compétitrice mais quand je suis énervée, contrairement à certains, je plombe mes performances. Je n’ai pas peur de l’adversité, loin de là, mais si, pour quelque raison que ce soit, je viens à m’énerver, cela m’est tout de suite très préjudiciable…

Y a-t-il quelque chose qui vous déplaît particulièrement dans votre univers de sportive ?

C’est sans doute les retombées, quelles qu’elles soient. Je n’aime pas les félicitations parce que je pense toujours que je peux mieux faire, et je n’aime pas non plus que l’on s’accable sur mon sort car je n’aime pas inspirer la pitié.

Envisagez-vous de quitter la Guadeloupe après votre bac ?

Non, pas tout de suite. J’envisage de m’inscrire ici, à l’université de Fouillole en première année de STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives), ensuite je verrai bien.
                                                                                     Max Mayoute (08/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net