Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Samedi 21 Octobre
Sainte Céline
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Patricia Ti-A-Hing

Patricia Ti-A-Hing



En quelques années, elle a accumulé un “trésor” de plusieurs milliers de capsules de champagne, venus de différents pays et de marques diverses. Après avoir collectionné divers objets dans sa jeunesse, aujourd’hui, elle n’a d’yeux que pour ses capsules.

Souriante et élégante, Patricia Ti-A-Hing est une femme heureuse. Mariée avec Max Gérard, mère d’une fille (Victoria) de 22 ans, elle est née à Cayenne il y a un peu plus de quarante ans dans une famille de quatre enfants (deux soeurs et un frère). Avant de poser ses valises à Rémire-Montjoly, elle a vécu une grande partie de son enfance à Bangui (République Centrafricaine) puis à 15 ans, elle s’envole pour Montpellier, puis à Strasbourg avant de revenir en Guyane, puis Paris, Belgique, et encore la Guyane, bref, vous l’auriez compris Patricia Ti-A-Hing est une femme active.

Gestionnaire de portefeuilles des questions hospitalières à la caisse générale de sécurité sociale où elle travaille depuis 1987, Patricia Ti-A-Hing est présidente de l’association d’expansion musicale de Guyane, et secrétaire de l’association pour le développement de l’ophtalmologie en Guyane. Ses voyages à travers la planète ont attisé sa curiosité.
 “J’ai toujours aimé les voyages et les formations qui sont pour moi des sources de richesse Je suis à l’aise partout et je partage mon savoir avec les autres notamment dans le monde associatif où je rencontre et échange avec des personnes de différents horizons" dit- elle. C’est dans le cadre de ces échanges qu’elle a rencontré Nathalie Latre qui lui a offert un album pour classer les plaques de champagne qu’elle avait stocké dans sa chambre. "C’est à partir de là que j’ai vraiment pris conscience de l’importance de la collection de capsules que j’avais à la maison entre autres objets que je conservais (timbre, verres de publicité, fers à repasser, cartes téléphoniques, poupées, dés à coudre, chouettes, oursons…) »
Cette passion de tout amasser lui vient de sa grand-mère Mathias Gilette qui collectionnait les timbres. Aujourd’hui, Patricia Ti-A-Hing a plus ou moins laissé ses autres "jouets” de côté pour s’adonner exclusivement aux capsules de champagne qu’elle stocke et garde jalousement auprès d’elle. Lors de son dernier voyage à la mi-mai, elle est revenue de la métropole avec une dizaine d’éléments dont celui de Michel Brocard “celles sur ource” qu’elle nous montre fièrement pour expliquer sa passion. Entre ces capsules, sans bulle de champagne, je précise, elle a accepté de jouer le jeu des questions réponses en toute sérénité.

Comment appelle t-on les collectionneurs de capsules de champagne ?

Ce sont des placomusophiles. Le thème apparaît après la seconde guerre mondiale avec l’évolution des techniques en matière d’impression et avec la mise en place de tout un lexique du placomusophile. On y trouve dans le Lambert 2006, intitulé "le 8ème  répertoire des plaques et muselets du champagne - cote officielle" toutes les informations, les génériques avec des découvertes inédites jusqu’à ce jour, toutes les plaques existantes sur le marché et quelques adresses de vente et d’échanges. Je fais cela par amour pour l’art, la culture, l’histoire et la communication.

Imaginiez-vous tomber dans ce bain de capsules, dans votre adolescence ?

Oui, car dans ma famille - et je le dis sans vanité, afin que mes propos ne soient pas mal interprétés le champagne a toujours coulé à flot. Ma mère aime beaucoup cette boisson. Déjà petite, je trouvais les plaques très jolies, mais l’idée de les collectionner n’avait pas encore pris naissance en moi. Merci Nathalie...

Comment vos proches perçoivent cet engouement pour la capsule ?

Avec surprise, et moi j’aime faire des surprises. Aujourd’hui, ma famille fait attention aux plaques de champagne et les garde.

Qu’est-ce que vous auriez aimé dire aujourd’hui à celle qui vous a transmis cette passion ?

Ce que je voudrais surtout dire à celle qui m’a offert mon premier album et qui me ramène de chacun de ses voyages, des plaques de maisons de champagne inconnues dans le département, c’est "merci Nathalie Latre, tu as créé en moi le désir de devenir, une vraie placomusophile, mais aussi d’aller plus loin".
J’ai plusieurs milliers de capsules stockées dans des sachets et dans des cartons et 200 dans un classeur comprenant des emplacements pour les plaques avec des socles de rangement en velours avec des rangées de 6 sur 5. Je marche avec pour les réunions d’échanges. Je suis une collectionneuse qui sait être méticuleuse, soignée, ordonnée, passionnée, curieuse, chercheuse et patiente.

Quelles sont les marques les plus connues et les plus appréciées par les amoureux du champagne ?

Il existe près de 1500 maisons de champagne en France. En Guyane, selon un sondage auprès de distributeurs, les marques qui ont le plus de succès sont : Canard Duchêne, Veuve Cliquot, Moët et Chandon, Nicolas Feuillatte, Duval Leroy, Mum, Cordon Rouge, Taittinger, Piper Heidsieck, Laurent Perrier, Charles Lafitte, Copinet, Mercier, Catellane, Gosset, Roederer. Je bois un peu de tout, cependant, j’aime bien La Krug - Dom Pérignon, Louise Gosset, Grand Siècle ou Gauthier.

Etes-vous grande consommatrice de bulles ?

Oui, j’aime beaucoup le champagne et à chaque occasion, c’est avec plaisir que je bois une flûte. Le champagne est un spiritueux qui rend la femme belle et joyeuse.

Vous arrive-t-il d’acheter une capsule et quelle a été la plus grosse dépense ? Sinon quelles sont les plus chères dans le monde ?

Oui et la plus petite coûte 50 centimes ; la moyenne 400 euros. Sinon, j’ai vu des plaques à 1500 Euros et d’autres beaucoup plus chère. Tout est une question de moyens et d’objectifs. Les capsules les plus chères dans le monde sont comme des oeuvres d’art qui coûtent une fortune et que les grands amateurs ou collectionneurs achètent, soit pour leur propre collection ou pour des musées. Le prix des capsules varie selon les caractéristiques suivantes: la rareté, l’époque, l’origine, la maison, la couleur le nombre d’encoches, la forme, l’inscription les dessins ou photos, ou peintures. Il y a des cuvées qui valent des fortunes avec comme dessins ou photos, des portraits de maréchaux généraux, artistes célèbres ou propriétaires de maisons de champagne, des hommes politiques etc. Les plaques peintes par des artistes célèbres sont très chères. Le monde du champagne est un monde à découvrir à cause de toute sa richesse. Une collection, c’est une oeuvre d’art.

Toutes les capsules sont-elles rondes ou existe t-il des formes qui ne sont pas à la portée du grand public ?

Elles sont rondes, mais différentes en fonction des encoches et de leurs formes bombées ou aplaties.

Quand vous regardez une capsule qu’est-ce que vous vous dites ?

J’observe si je l’ai déjà. Si oui, je la garde pour des échanges. Sinon, je suis contente et recherche via mes guides ou le Web, sa cotation selon ses caractéristiques.

Avez-vous déjà acheté une bouteille de champagne seulement pour récupérer la capsule ?

Oui et tous les collectionneurs le font. Cependant, une fois la bouteille ouverte, la délicieuse boisson pétillante bien fraîche se laisse facilement boire, accompagnée de quelques apéritifs.

Pouvez-vous  nous conter l’histoire  la capsule ?

En 1844, Adolphe Jacquesson, déposa le brevet d’invention de capsule métallique et du muselet pour protéger le champagne des intempéries, les bouchons de la porosité et les ficelles du pourrissement.
En 1881 apparaissent des capsules avec des caractéristiques identiques : quatre encoches et trois pour Moët-et-Chandon.
A la fin du XIX siècle, le mot champagne est estampé par les fabricants des grandes marques: leur nom, leur localité, leurs armoiries, leurs châteaux sont dessinés ou peints en différentes couleurs.
En 1906, le Millésime apparaît à l’initiative de Port Roger. Sont d’abord concernées les grandes marques de champagne.
Après la seconde guerre mondiale, vers 1960, il y a une évolution des techniques qui permet d’obtenir par la tampographie des capsules de toute beauté.

Qu’est-ce que les gens vous disent quand ils vous interpellent ?

Les gens ont été surpris que l’on puisse collectionner des plaques ou des muselets de champagne. La Guyane est, je vous le rappelle, un département français connu pour ses amateurs de champagne. Alors toutes les capsules parties à la poubelle, à la décharge publique et dans la nature, cela a beaucoup interpellé et naturellement, mon portable n’a pas cessé de sonner. Les gens posent beaucoup de questions : combien avez-vous de capsules ? Avez- vous été au palais du collectionneur ? C’est une bonne chose, pourquoi ne pas lancer un défi dans le département. Les enfants, sont très intéressés et ont commencé à collectionner les capsules des bouteilles ouvertes par leurs parents et me demandent de leur offrir mes doubles.

Vous appréciez ces remarques comme un signe de reconnaissance ou la découverte d’une nouvelle expression ?

J’apprécie ces remarques comme un encouragement dans cette voie. C’est une nouvelle expression en Guyane mais pas en France. D’ailleurs, j’envisage de créer une association de collectionneurs dans le département avec tous ceux qui sont intéressés. Ils peuvent me contacter dès aujourd’hui. Cette association  pourra organiser des manifestations culturelles, musicales et gastronomiques.

Qui peut faire partie de cette association et à parti de quand verra t-elle le jour et sous quelle forme ?

Les collectionneurs, les sympathisants et toutes personnes intéressées. J’ai déjà reçu beaucoup d’appels et de propositions et dès 2007, si Dieu le veut, cette nouvelle association sera créée. Elle aura pour objectif de réunir des hommes et des femmes dans un réseau d’échanges et de rencontres pour la sauvegarde des collections anciennes et nouvelles. Pour y adhérer, il faudra aimer le champagne (rires), avoir du temps et de la patience et être un découvreur.

                                                                               Frantz Montoban (07/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net