Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Jeudi 20 Juillet
Sainte Marina
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Josiane Piram

Josiane Piram


Formatrice en hôtellerie restauration à I’AFPA, Josiane Piram est également présidente de l’association des Anciens Elèves de l’Ecole Hôtelière de la Martinique.
Contrairement à la plupart de ses anciens collègues de l’Ecole Hôtelière (ex structure de l’Education Nationale), elle a opté pour le privé.

Quelles disciplines enseignez-vous à l’AFPA ?

Actuellement j’ai un groupe en pré qualification mais en général j’enseigne toutes les disciplines dont ont besoin les stagiaires. Il y a la partie hôtellerie, la cuisine, la réception, les chambres, l’accueil etc.
A l’issue de cette formation, les stagiaires sortent avec un titre délivré par le ministère du Travail. L’AFPA cependant est sous tutelle du Conseil régional depuis la décentralisation.

Combien de stagiaires ?

Il yen a 15. Certains sont demandeurs d’emploi et relèvent de l’ANPE, d’autre Rmistes relèvent de la CAF. Nous en sommes à la quatrième promotion.

Qu’en est-il de leur motivation ?

Il est certain que s’ils viennent en formation c’est parce qu’ils y sont obligés. L’ANPE a réalisé un nettoyage de ses fichiers. La formation est la condition sine qua non pour bénéficier des prestations. Cependant, le rôle de l’AFPA est de montrer aux stagiaires qu’ils sont capables de quelque chose, qu’ils peuvent gagner leur vie et être utiles. Cela dit, il y a des changements à effectuer dans leur  comportement. Il leur faut adopter la mentalité de travailleur et çà, nous en faisons notre affaire !

Quelles sont les qualités à avoir pour exercer les métiers auxquels ils se forment ?

L’hôtellerie et surtout la restauration demandent beaucoup de rigueur, de propreté, d’hygiène corporelle notamment. Par ailleurs c’est un travail d’équipe aussi il faut avoir un caractère suffisamment malléable pour s’adapter à une vie en collectivité.

Vous avez affaire à un public "à problèmes", comment gérez-vous cela ?


Le formateur a un double rôle qui est à la fois de former, mais aussi d’aider à régler les problèmes personnels des stagiaires. Pour cela, nous leur demandons de jouer le jeu et de laisser leurs problèmes à l’entrée !

Sur une promotion de 15 stagiaires combien travaillent à la fin ?

Pour l’instant il s’agit, je le répète, de pré qualification donc une fois sortis d’ici les stagiaires suivent une véritable formation qualifiante. Sur l’ensemble de la dernière promotion, 13 travaillent. Quant aux deux autres, l’une a quitté la Martinique et l’autre n’a pas fait les efforts demandés et n’a pu être intégrée !
En règle générale, sur une promotion, 60% des stagiaires trouvent un emploi. Ils sont placés en tant que saisonniers avec des contrats à durée déterminée. La plupart trouve du travail à l’issue de leurs stages pratiques. Le stage pratique est la meilleure manière pour les patrons de repérer les bons éléments.
Il y en a parmi eux qui à la longue finissent par créer leur propre entreprise ou intègrent la structure familiale. Certains parents envisagent de passer la main et leurs enfants se forment dans le but de reprendre l’affaire par la suite.

Quel parcours vous a conduite à ce poste ?

Au départ j’ai été recrutée à l’Ecole Hôtelière. C’était en quelque sorte la "grand-mère" de la structure actuelle qui est l’AFPA Martinique. L’Ecole Hôtelière en effet était une émanation de l’Education nationale qui a été scindée en 1979. L’AMPFPRO (Association Martiniquaise pour la Formation Professionnelle) a repris la gestion de l’Ecole. La plupart de mes collègues ont préféré garder le statut de fonctionnaire et rester à l’Education nationale. Moi j’ai opté pour le privé et je ne le regrette pas.

Qu’en est-il de la formation à la Martinique ?

Au sein de l’AFPA, nous sommes avant tout des professionnels qui menons notre savoir-faire au service de la formation. Pour entrer à l’AFPA comme formateur, il faut en effet justifier d’au moins cinq années d’expérience professionnelle. L’AFPA a une méthode pédagogique spécifique que le formateur doit obligatoirement maîtriser. Il part lui-même en formation de formateurs. Auparavant il fallait quitter la Martinique mais maintenant cela se fait sur place.
S’agissant de la formation, à l’horizon 2010, beaucoup de débouchés sont à prévoir avec les départs à la retraite.

Que dire de l‘Association des Anciens Elèves de l’Ecole Hôtelière ?

Son but principal est d’aider les professionnels, anciens élèves à retrouver du travail. L’association organise des sorties et soirées amicales dont la soirée Beaujolais qui correspond à l’arrivée du Beaujolais nouveau à la Martinique.

                                                                                        Joël Sandot (07/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net