Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Dimanche 30 Avril
Saint Robert
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Kathleen Rozas

 Kathleen Rozas


C’est sa région natale, la Guadeloupe, qui est la source de la passion de Kathleen Rozas. Tout commence à la section arts appliqués de Rivière des Pères, où elle étudie pendant quatre ans. Ensuite, elle part à Cannes où elle apprend à coudre et à développer sa créativité. Aujourd’hui, cette jeune femme dynamique de 25 ans, s’est établie à Paris après deux ans d’études à l’école de couture Jean-Louis Ferrer, en alternance avec la Chambre Syndicale de la Haute Couture Parisienne. Amina a voulu en savoir plus sur sa passion pour la haute couture et sa nouvelle collection, “ les mille et une nuits créoles”.

D’où vous vient votre passion pour le stylisme ?

Plus petite, j’ai toujours été attirée par l’Univers de la mode et de la beauté. Je me tenais informée des nombreux concours de beauté comme miss France ou miss Guadeloupe. Par ailleurs, aux Antilles tout le monde sait coudre. C’était le cas de ma grand-mère et de mes tantes. Je confectionnais aussi des vêtements pour moi et pour mes poupées.

Pourquoi votre collection s’appelle "les mille et une nuits créoles”?

Je me suis vraiment inspirée de l’Orient et des Caraïbes. J’aime le strass et les paillettes et l’Orient aura toujours une grande part d’inspiration dans mes créations. Cependant, j’essaie de garder l’esprit des Antilles. J’ai donc fait les photos de cette collection sur une plage guadeloupéenne.

Comment vous vient l’inspiration ?

Pour chaque collection, l’inspiration est particulière. Les Caraïbes sont représentatives de toutes les cultures, c’est pourquoi mes collections seront toujours très métissées. Pour faire la différence entre elles, je peux aussi m’inspirer de grandes époques, comme l’Egypte ancienne par exemple.

Combien de temps nécessite la création d’une robe ?

Deux jours comme trois semaines. Pour confectionner une robe de mariée, il me faut deux à trois semaines, près de 80 à 100 heures de travail. Elles sont réalisées sur mesure, bien entendu.

Etes-vous assistée dans votre travail ?

Pour l’instant, je travaille toute seule, J’ai suivi une formation de créateur d’entreprise afin de monter ma société. Cependant, je suis conseillée.

Quels sont les prix de vos créations ?

Les robes du soir sont vendues à partir de 500 euros et les robes de mariées, 1500 euros.

Comment s’organisent vos défilés ?

Je me suis faite remarquée en gagnant un concours de jeunes créateurs. Depuis, j’ai une vingtaine de défilés à mon actif. Je suis contente d’avoir eu l’occasion de présenter ma nouvelle collection en Guyane et en Guadeloupe devant 12000 personnes en première partie d’un concert de Kassav. Je souhaite donner des défilés spectaculaires. Je fais appel à des danseurs qui mettent le public dans l’ambiance de la collection. Cela fait deux ans que j’évolue dans ce milieu et je me sens devenir professionnelle, avec les commandes qui augmentent.

Faites-vous des accessoires ?

Je pense que pour faire un bon travail, il faut avoir un bon financement et aussi une marque de prêt-à-porter. Ce qui n’est pas encore mon cas.

Comptez-vous créer une marque ?

J’ai déjà une marque déposée à mon nom, Kathleen Rozas. Actuellement, je suis en train de créer mon atelier de couture.

Comment les clientes peuvent-elle se procurer vos créations ?

J’ai des sites Internet où elles peuvent voir ce que je fais et par la même occasion me contacter.

Avez-vous gagné votre place dans l’univers de la mode ?

J’ai reçu de nombreuses commandes pour 2007 et je me sens devenir professionnelle. Je pense que j’ai une petite place auprès des Antillais et des Africains qui doivent être fiers qu’une afro-antillaise évolue dans ce milieu. Bien sûr, je désire élargir ma clientèle que veux internationale.

Envisagez-vous de vous établir aux Antilles ?

Non, je pense rester à Paris et faire des voyages vers les Antilles. Si les résultats sont encourageants, je m’installerai définitivement en métropole. Sinon j’irai aux Etats-Unis, où de nombreuses personnes admirent mon travail.

Quels sont vos projets ?

Je voudrais me faire connaître au niveau national. Je suis à la recherche de financiers, afin d’organiser des défilés à l’instar des grands créateurs. Je souhaiterais également créer ma propre marque de prêt-à-porter et d’accessoires. Ce n’est pas facile et je pense qu’il faut être passionnée. On me demande parfois pourquoi je pose dans mes créations. J’estime qu’un styliste doit représenter ces créations. Ce que fais me ressemble. Actuellement, je fais la promotion de ma nouvelle collection.

Quel est le message que vous voulez faire passer en tant que styliste ?

Je veux sublimer la femme, la mettre en valeur. Pour moi, les femmes sont des déesses des divas. Je veux faire rêver et véhiculer un message d’amour, de paix et de tolérance, en m’inspirant de différentes cultures.

                                                                               Auzouhat Gnaoré (07/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net