Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Vendredi 31 Mars
Saint Benjamin
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Marilyne Clairville

Marilyne Clairville


Fruit aux qualités nutritives incontestables, la banane fait aujourd’hui parler d’elle. Depuis que des "exploitants agricoles” ont choisi d’offrir aux "consommateurs”, un produit de qualité à travers un label la banane de la Martinique et de la Guadeloupe. Marilyne Clairville a été choisie pour vanter les mérites de ce produit.


En 1981, M. Max Narayaninsamy décidait de relever le défi familial en produisant davantage de bananes sur la Guadeloupe.
Succédant à son père sur la plantation, il achète des terrains afin d’augmenter sa productivité et proposer un produit de meilleure qualité. De 6 hectares il passe à 23 hectares cherchant toujours à satisfaire la demande croissante des consommateurs.
Ne pouvant pas s’occuper de tout, il décide de confier la distribution de son produit à une structure extérieure. Il est suivi par plusieurs autres producteurs de bananes de Martinique et de Guadeloupe.
M. Max Narayanisany explique:
« Nous sommes planteurs producteurs, nous avons une structure qui nous régie, sous forme de groupement. Ce sont eux qui vendent notre banane en métropole et ailleurs. »
En retour, les chiffres des ventes leur sont communiqués d’une manière permanente, de façon à suivre la courbe de progression ou de régression de leurs activités respectives.
Aujourd’hui la devise des planteurs est : “Plus de terrains agricoles pour étendre cette production de bananes en Guadeloupe et en Martinique”. Parce que plus ils produisent plus ils sont reconnus au sein de cette structure comme de véritable planteurs.
C’est un combat commun. Tous ont le même cahier des charges, plantent la même banane, avec les mêmes techniques. Et travaillent dans le même but, main dans la main.

Ce qui fait vendre cette banane, c’est sa qualité. Les planteurs entendent le faire savoir et devenir leader. D’où la devise :"la banane de Guadeloupe et de Martinique, rien ne peut la battre ".
Ils ont un label de qualité qui leur impose un cahier des charges contraignant mais garantit au public une bonne banane, compétitive sur le marché.
L’objectif de ces producteurs est de s’améliorer. Même si la tache est difficile et qu’il arrive parfois à certains de regretter.
Ainsi Max Narayaninsamy pense que s’il était encore possible de faire marche arrière, il le ferait. Mais quand on a tout investi, on ne peut que supporter. Et on essaie de positiver. Il ne conseille pas aux jeunes gens de se lancer dans la profession parce que, dit-il, "Avec l’euro, on passe des moments difficiles. Sans compter que l’Europe et la concurrence sont venus compliquer la tâche. A ceux qui ne sont pas effrayés, je leur dis bon courage"
En attendant, ce planteur de la Guadeloupe espère des jours meilleurs. 

                                                                                Gelisa Karlane B  (07/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net