Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Lundi 26 Juin
Saint Anthelme
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Kathleen Chalono

Kathleen Chalono


Après son bac “S” et un DEUG MIAS (Mathématique et Informatique appliquées aux Sciences,), Kathleen Chalono a bifurqué vers la finance. Titulaire d’un mastère II “Gestion Patrimoniale et Financière" depuis octobre 2005, elle est aujourd’hui à la recherche d’un emploi.

Plus de détails sur le contenu de voire mastère ?

Le Mastère “Gestion Patrimoniale et Financière” comporte, entre autres matières, le diagnostic patrimonial. Cette matière fait intervenir des connaissances fiscales, économiques financières et juridiques.
A part cela, il y a des cours sur les successions, les régimes matrimoniaux et le secret professionnel. Par contre, la spécificité de mon mastère à Montpellier c’est la partie consacrée à l’immobilier.

Vous êtes une toute jeune diplômée...

J’ai eu mon diplôme en octobre 2005, en effet. Je dois préciser que j’ai eu le prix spécial afférent à la matière “Diagnostic Patrimonial” qui est, rappelons-le la spécificité de Montpellier.

Il vous conduit à quelles carrières ?

Les banques, compagnies d’assurance, cabinets indépendants de gestion de patrimoine, de courtage ou éventuellement études de notaire sont les employeurs potentiels des titulaires de ce diplôme.
Il s’agit de la gestion du patrimoine tant en ce qui concerne les entreprises que les particuliers. Les personnes jeunes, en début de carrière qui sont soucieuses de se constituer un premier apport, les personnes à hauts revenus qui veulent faire des placements, je serai en mesure de les conseiller.
Cependant, compte tenu de la spécificité de Montpellier, je pourrais obtenir, si je le souhaitais, une carte professionnelle d’agent immobilier. Donc dans ce domaine, il y a de la place.
C’est un métier de grandes responsabilités. Je suis bien consciente qu’à mon âge, les seuls postes qui pourraient m’être offerts dans le domaine bancaire sont des postes commerciaux. Un poste de cadre c’est un peu illusoire, j’accepterais l’emploi qui se présente.

Avez une première expérience professionnelle ?

Très tôt j’ai pris conscience qu’il ne me fallait compter que sur moi-même donc très jeune j’ai fais des jobs d’étudiantes. Déjà au lycée, durant les vacances, je travaillais comme vendeuse dans des boutiques de prêt-à-porter et comme hôtesse en grande surface.
Cependant, j’ai déjà une expérience professionnelle dans le domaine commercial. J’ai vendu des livres et journaux aux bureaux de tabac et travaillé dans la vente de téléphones portables.
J’ai également touché au domaine technique. Par contre durant mes études j’ai effectué un stage de 6 mois dans une grande banque et un remplacement de secrétaire de direction au groupe DEFI (Développement Financier). J’ai pu voir toute l’envergure du poste de conseiller en patrimoine financier. Je m’occupais de la clientèle haut de gamme.

C’est-à-dire ?

Mon rôle était de proposer à ces personnes un service adapté à leurs objectifs de placement d’argent. Il peut s’agir de valoriser le patrimoine déjà existant, de protéger la famille ou de se préparer à la retraite. Ce sont les trois principales préoccupations de cette gamme de clientèle mais il peut y en avoir d’autres.

Quel est votre projet professionnel ?
 
Mon premier projet, le plus urgent c’est de trouver du travail. Cela dit je ne suis pas une inconditionnelle du “travail au pays". Je reste ouverte à toute proposition. C’est vrai que, étant Martiniquaise, l’idéal serait d’avoir un emploi dans mon île natale, mais je ne vais pas rester les bras croisés et laisser passer de belles chances rien que pour attendre un éventuel emploi chez moi.

Quels sont vos loisirs ?

Mon plus grand plaisir consiste à organiser des manifestations sportives ou culturelles.
Par exemple, j’ai souvent formé des groupes de 20 à 25 personnes pour des week-ends sportifs en Ardèche. J’ai une amie qui a un grand mas. Là-bas il est possible de faire du canoë-kayak, de l’accro branche ou des randonnées en quad.  Cela m’a permis de prendre des initiatives intéressantes.
Par ailleurs j’ai été présidente de l’association des étudiants de mon mastère à Montpellier qui est l’AGPF.
Lorsque je vivais encore à la Martinique j’aidais ma mère qui est la présidente du comité "Enfance et partage".  C’est une activité qui me plaisait beaucoup. Je suis aussi une fana de salsa donc j’organise parfois des soirées salsa.
Il m’a été demandé une fois d’organiser un enterrement de vie de jeune fille à Montpellier Cela se passait chez une amie Malgache. Nous nous sommes retrouvés dans une ambiance créole proche de celles que nous connaissons à la Martinique.

A “Enfance et Partage” quel est votre rôle ?

 J’offre à cette association ce que je sais faire de mieux. J’ai une expérience dans le domaine commercial. Lorsque le comité organise des activités pour faire rentrer de l’argent, je prête main-forte. A l’occasion des fêtes de fin d’année, il y a des ventes de cartes postales, je m’en occupe avec plaisir.
L’association n’est pas très riche, elle a même de grosses difficultés financières aussi je pense que cette activité leur apporte une petite bouffée d’oxygène.


                                                                                       Joël Sandot (06/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net