Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Mardi 27 Juin
Saint Fernand
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Nathalie Gonikara

Nathalie Gonikara


Originaire de la Guadeloupe et de la Martinique, Nathalie Gonikara est photographe. Elle commence de façon autodidacte, effectuant des stages auprès de professionnels dès l’âge de seize ans. Titulaire d’un DEUG de cinéma, elle a un rapport à l’image très fort. Elle prépare un projet photographique qu’elle a souhaité partager avec Amina.


Comment vous êtes-vous intéressée à la photographie ?

Plus jeune, la majorité des cadeaux que je recevais avait un lien avec l’image, comme un appareil de projection par exemple ou un polaroïd. Ça a toujours fait partie de mon univers. La photo est pour moi un art au même titre que la peinture ou la sculpture. Elle me permet de m’exprimer de façon créative et pas uniquement pour dénoncer.

En observant votre parcours on pouvait se dire pourquoi la photo et pas le cinéma ?

Le cinéma ne m’a pas quittée non plus. Des films importants comme la Belle et la Bête de Jean Cocteau m’ont marquée dans mon enfance. Avec ma meilleure amie, j’écrivais des scénarios que j’accompagnais de dessins. J’avais des projets de cinéma documentaire. Je reste cinéphile et amoureuse de la mouvance des images. J’aime le théâtre et tout ce qui a rapport avec la culture. La photo me permet d’avoir un contact quasi immédiat avec les gens. Il est moins cher de faire des photos que de réaliser un film. On peut toujours ressortir une image fixe et la regarder.

Y a-t-il des photographes qui vous ont servis de modèles ?

Oui, j’admire le travail de Depardon ou encore celui de Salgado. J’aurais voulu connaître des photographes noirs qui auraient pu avoir du crédit. Par contre je ne pense pas avoir été influencée. Je fonctionne beaucoup à l’instinct et avec ma sensibilité. J’apprécie les instantanées, mais je fais aussi des photos réfléchies.

Et vivez-vous de votre art ?

Pas encore même si j’ai vendu quelques photos. Je travaille par ailleurs, mais il est vrai que mon but est de vivre de la photographie.

Vous préparez actuellement un projet sur des peintres africains et antillais.

En effet, mon but est de valoriser les femmes artistes. Je veux faire remarquer que ces peintres sont une entité par rapport à leur art. Je pourrais étoffer ce travail à l’avenir en allant vers des sculpteurs par exemple.
J’envisage d’exposer ce travail destiné à la Seine-Saint-Denis pour 2007.

Quelles sont les difficultés majeures que vous rencontrez pour élaborer ce projet ?

Pour l’instant, je prends contact avec les artistes. Je compte présenter une série de photos sur chaque artiste. C’est un travail de recherche pour ne pas lasser l’oeil. Je veux les représenter de différents manières et sans trahir leur univers. Ce sera une oeuvre dans l’oeuvre, valorisant l’artiste par le portrait et la mise en scène. C’est important pour moi qu’ils soient noirs car j’estime que nous ne sommes pas assez représentés. C’est malheureusement un combat quotidien.

Avez-vous d’autres projets en cours ?

L’année prochaine pour la journée de la femme, je vais présenter des photos de femmes prises dans la rue. Chaque femme aura son portrait et une autre photo la montrant en train décrire ce qui leur tient à coeur dans un carnet. Ce projet pourrait servir de point de départ pour des manifestations futures.

                                                                               Auzouhat Gnaoré (06/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net