Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Mercredi 29 Mars
Sainte Gwladys
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Elisabeth Claver

Elisabeth Claver

Titulaire d’un BTS Informatique,  Elisabeth Claver enseigne la bureautique à la Martinique, en Savoie et en République de Guinée jusqu’à ce qu’un événement dramatique la conduise à changer complètement d’orientation. Aujourd’hui, elle est psycho relaxologue et s’intéresse à l’alimentation "Bio”.

Quel a été votre vécu à la frontière suisse ?

J’étais responsable d’un système informatique. Je partageais la vie de tous les frontaliers, j’habitais à Genève et travaillais à la fois à Lausanne et à Annemasse. A force de travailler sur l’intelligence artificielle, j’ai eu envie de découvrir le cerveau humain. J’ai commencé à m’intéresser aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et aux toxicomanes. A Genève, à côté de mon activité professionnelle, je me suis occupée de personnes malades. J’ai été la gouvernante d’un homme et d’une femme tous deux malades mentaux. Je gérais à la fois leurs revenus, leurs temps et leur autonomie. Grâce à l’aide d’une infirmière, j’ai pu me tourner vers la sophrologie, l‘hypnose, et la réflexologie.
De la Suisse, j’ai répondu à une offre d’emploi à N’Zerekore en Guinée. Pendant que j’étais là- bas, mon mari, au cours d’un voyage en Europe est tombé dans le coma. Je suis rentrée en urgence. De retour à la Martinique, je me suis formée dans ces disciplines au Centre régional d’hypnologie et de relaxologie. Au cours de ma formation, j’ai eu l’occasion de rencontrer un couple Belge qui m’a beaucoup éclairée. Lui est médecin et elle conseillère en santé.

Quels types de soins dispensez-vous ?

Tout commence par un entretien avec le client qui permet de cerner ses besoins. Je travaille avec une méthode précise qui s’adapte aux besoins du client. Je peux intervenir sur le souffle, sur la respiration ou la pose d’aimants par exemple mais en général c’est une cure que je propose en plusieurs séances.
Le corps humain, un peu comme le globe terrestre, est parcouru par des méridiens qui régulent l’activité des différents organes. Le foie par exemple "sait" à quel moment digérer et le coeur combien de pulsations il lui faut donner.
Vous l’aurez compris, je soigne par l’étude du corps.

Vous êtes à votre compte ?

J’ai ma petite entreprise qui s’appelle “Psycho Bio Center” installée au Vert-Pré dans un cadre de verdure et de silence. Ma maison offre une belle vue sur les montagnes et les vallées. Je reçois sur rendez-vous pour les consultations. Je propose la gestion du stress et des maladies psychosomatiques par trois thérapies douces l’aimantothérapie, la réflexologie et l’hypnopuncture.
Je remercie le Conseil régional de la Martinique qui m’a accordé une aide, l’ARIF (Aide Régionale à l’initiative des Femmes) et un véritable suivi de conseils pour gérer ma petite affaire. Tout cela entre dans le cadre de l’aide à la création d’entreprise.

Vous travaillez chez vous ?

Pour l’instant, je travaille plutôt au domicile des clients. J’ai un matériel pliant et portatif avec lequel je me déplace. Ma table de relaxation tient dans un sac. C’est bien pratique.

Quelle est votre clientèle ?

La plupart sont des femmes mais j’ai aussi quelques hommes. En règle général, les femmes dès qu’elles ne se sentent pas bien viennent me voir alors que les hommes résistent beaucoup plus longtemps. C’est pourquoi les cures destinées aux hommes sont généralement plus longues.
J’ai des jeunes adultes de 20 à 25 ans, des personnes d’âge mûr dans toutes les catégories socio-professionnelles.

Comment en êtes-vous arrivée à commercialiser des produits “bio” ?

Dans le cadre de mes activités de relaxologie, j’étais confrontée au problème de peau et de cheveux des patients. Ce sont les conséquences du stress !
Les clients, ne trouvant pas à la Martinique des produits adaptés à leurs besoins faisaient souvent appel à moi.
Au départ, je les commandais juste pour les besoins de ma propre clientèle. De plus en plus, ma clientèle m’amène des amis.
Cela m’a conduite à poursuivre mes recherches et j’ai trouvé les produits de Jean Hervé.

Qui est Jean Hervé ?
Ce monsieur a commencé, dans les années 70, à élaborer des aliments sains à partir de fruits secs et d’oléagineux.
Ces deux types d’aliments, rappelons le, représentent pour la plupart 16 à 27 % de lipides de première qualité comme les acides gras saturés. Depuis 1976, les produits Jean Hervé sont une référence en France et même à l’Etranger. C’est un véritable travail artisanal puisque les amandes sont récoltées au fur et à mesure des commandes et séchées soit au feu de bois soit à l’air libre. Les produits Jean Hervé bénéficient du label "Nature et Progrès”, qui garantit une certaine qualité de fabrication correspondant à une éthique artisanale.

                                                                                      Joël Sandot (05/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net