Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Jeudi 29 Juin
Saint Pierre
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Christelle Gulliver

Christelle Gulliver

Une formation aux Beaux-Arts conduit Christelle Gulliver à... la direction d’une cyber base. D’abord employée à l’Office bouillonnais d’Actions culturelles et sportives comme animatrice multimédia, elle est ensuite détachée à la toute nouvelle cyber base de cette commune.

Il n’y a pas beaucoup de liens entre votre formation et votre emploi actuel, n’est-ce pas ?

C’est vrai. Après mon bac L option "Arts Plastiques", je suis entrée aussitôt à l’institut régional d’Arts visuels à la Martinique. Au bout de 4 ans j’ai obtenu mon diplôme en design et je me suis dirigée vers l’infographie. J’ai répondu à une offre et j’ai été embauchée à L’OBACS comme animatrice multimédia.
Ensuite à la création de la cyber base, j’ai dû partir à Paris, à l’IC.COM (Institut de la Culture et de la Communication) à Paris poursuivre une formation de management.
Le but de ce complément de formation est de me rendre un peu plus opérationnelle pour diriger cet établissement.

Quel en est le contenu ?

Tout d’abord, il y a la création de projets culturels et la communication. II ne s’agit pas seulement, en effet, de sortir de beaux projets mais il faut aussi le faire savoir.
L’histoire de l’art, l’organisation des spectacles vivants dont les spectacles de rue (cirque, théâtre et autres) complétaient cette formation.

Pratiquez-vous un art ?

Je suis créatrice de bijoux. C’est mon passe- temps pour l’instant mais j’espère bien en faire un métier par la suite.
Je suis abonnée à plusieurs revues qui traitent de la question. Je crée à partir de tout et de rien. Je pars d’un bout de tissu, de perles de morceaux de bambou, d’os ou encore de coquillages.
Dès que j’ai un moment de libre, je ramasse tous mes outils et accessoires et là je pars dans la création. Je réalise des bagues, colliers et autres parures. Cela me passionne même davantage que mon métier puisque c’est plus en relation avec ma formation de base.

D’autres activités de loisir ?

J’ai un frère photographe que j’aide en réalisant quelques clichés. Par ailleurs, je collabore avec la Casa web, une entreprise dont la vocation est de réaliser des sites web.
J’ai participé ainsi à la réalisation du site de Madiana. Et celui de la Société des Yoles Rondes avec Manuel Utinger et Kenny Henery. Il en est de même pour le site du musée de la banane.

Etes-vous sportive ?

Plus jeune j’ai fait du tennis. J’étais dans le même club que le champion Gaël Monfils.
Nous avions d’ailleurs le même entraîneur, Philippe Allemana. Gaël poursuivi mais moi non. J’ai choisi une autre voie, j’étais également passionnée d’arts plastiques donc j’ai concentré mes énergies là- dessus.

Que dire de la cyber base ?

La structure est en train de se mettre en place. Elle emploie en principe 5 personnes mais 2 d’entre elles sont parties en formation.
Elle doit ouvrir au public dans les prochains jours. Il faut pour cela que la commission de sécurité passe puis la commission de labellisation pour qu’intervienne la décision municipale.

Des détails sur la labellisation ?

Pour obtenir le label "EPN” (Espace Public Numérique), il faut respecter certaines normes. L’accès de l’espace aux personnes handicapées ou à mobilité réduite, une tarification accessible à tous et un planning d’ouverture comprenant au moins deux nocturnes sont en gros les conditions d’obtention du label EPN.
La philosophie est de réduire la fracture numérique de manière à rendre Internet accessible à tous au meilleur coût.

Quelles activités proposez-vous ?

Nous avons un calendrier sur l’année. Par exemple, à la Saint-Valentin, un jeu est organisé sur le thème de l’Amour mais l’amour au sens large du terme.
Au Carnaval, la couverture Internet est assurée par la cyber base. Un effort particulier a été fait en direction des Antillais expatriés. Les photos du Carnaval ont été mises sur le site le soir même, tout de suite après les parades !
Autrement dit, pas de Carnaval pour les agents de la cyber base.
En dehors de la préparation des événements, il y a un programme permanent à l’année. Citons les ateliers qui sont prévus en trois parties, initiation, Excel, Word et Power Point.
Un partenariat est mis en place avec le PIJ pour les inscriptions au concours, démarches à faire, pour obtenir les allocations etc.
Par ailleurs c’est par les passions que nous essayons de faire entrer l’informatique dans les moeurs. Une chorale, une troupe de danse ou de théâtre sont des lieux privilégiés pour introduire les usagers dans le monde informatique.

Combien y a-t-il de cyber bases à la Martinique ?

Pour l’instant il y en a 13. La dernière a avoir ouvert c’est la nôtre mais il y en a encore d’autres en préparation.
                                                                                   Joël Sandot (05/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net