Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Lundi 23 Octobre
Saint Arnould
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Marie-Ange Barthélemy

Marie-Ange Barthélemy

Marie-Ange préside aux destinés de l’association de Zafè Fem’ depuis le 23 septembre 2003. Cette structure a été créée par un groupe de jeunes dynamiques désireux de promouvoir et sauvegarder la culture guyanaise, notamment le carnaval en Guyane.

"Au départ, il y avait les amis proches et la famille, par la suite, d’autres personnes appréciant notre travail ont intégré l’association. Un bilan plutôt positif" .
L’association Zafè Fem’ développe tout ce qui est festif, de la création de vêtements carnavalesques aux activités gastronomiques avec la préparation du bouillon d’Awara, sans oublier les activités sportives… Les membres, issus de différentes communes (Cayenne, Matoury, Remire-Montjoly, Sinnamary, Macouria et Kourou) participent à diverses actions culturelles. Pour la présidente fondatrice, il n’y aucun acte sectaire dans le fonctionnement de la structure. Toute personne bien intentionnée peut participer aux activités de l’association. Ainsi, Je 20 juin dernier les membres de l’association Zafè Fem’, sous la houlette de Marie- Ange Barthélemy ont organisé un spectacle haut en couleur au Zéphyr où plusieurs centaines de personnes se sont retrouvé dans une ambiance aussi chaleureuse que survoltée.

Vous avez organisé une manifestation sur le thème "Théâtre Mode et Carnaval" quel était le but de cette soirée ?

Le premier objectif était de faire connaître cette jeune association qui travaille dans l’ombre depuis deux ans sans discontinuité. Nous travaillons avec des moyens rudimentaires, mais les membres ont beaucoup de volonté et de dynamisme. Pouvoir rassembler sur une scène plusieurs disciplines comme le théâtre, la mode, la danse et des chanteurs était un acte fort voulu par l’ensemble des membres. L’autre motivation des amoureux du carnaval était de montrer la nouvelle collection 2006 des costumes de touloulous et tololos confectionnés par les stylistes de l’association Zafé Fem’ ainsi que le styliste Auguste Horth très connu au niveau régional pour ses créations originales.

Avez-vous rencontré des difficultés particulières pour organiser cette manifestation ?

Nous avons rencontré d’énormes problèmes pour l’organisation de ce show car on souhaitait quelque chose de grandiose et d’inoubliable pour la population. Il fallait partir à la recherche de jeunes femmes et de jeunes hommes motivés par le projet. Nos recherches nous ont permis de rassembler une soixantaine de mannequins et faire répéter le scénario quotidiennement et parfois à des heures très tardives.
Ensuite, il fallait trouver une salle de spectacle à la hauteur de nos ambitions techniques et financières. Mener une campagne de communication pour expliquer à tout le monde les tenants et les aboutissants d’une telle manifestation qui était plus qu’un show ordinaire. Mais un show "Théâtre, Mode et Carnaval" longuement travaillé avec un volet culturel et historique bien fourni.
Les difficultés étaient nombreuses mais grâce au courage et à la volonté des membres et de quelques partenaires bien attentionnés, nous avons réussi notre pari d’offrir un spectacle inoubliable à la Guyane.

Au niveau de la chorégraphie, de la mise en scène, comment avez-vous préparé le spectacle ?

Nous avons fait appel à des spécialistes de divers horizons. Un an avant la date choisie, je suis entrée en contact avec M. Albert Boicel, le responsable de la troupe théâtrale des jeunes de Mirza. Il a été complètement charmé par le projet. D’ailleurs, il a écrit un nouveau scénario, en prenant en compte nos grands thèmes de réflexion. J’ai fait appel à Rolande Thuriaf du groupe de danse SMC pour la chorégraphie du spectacle, réalisée avec brio et professionnalisme.
Je suis heureuse de voir qu’avec la bonne volonté des figurants et des mannequins nous avons réussi à créer une comédie musicale qui a beaucoup plu. Lors de la préparation de cette soirée les artistes qui sortent habituellement les tubes phares pour le carnaval n’avaient pas encore présentés l‘album du carnaval 2006. C’est pour cette raison que nous avons choisi les meilleurs du cru 2005.
La prestation de Ruddy Icaré et Orlane Jadfard, Victor Clet... et les autres a été vraiment à la hauteur de nos espérances. Ils ont fait pleurer de rire le public. Tout cela est le résultat du travail d’une équipe soudée et sérieuse. Auguste Horth le styliste vedette de la soirée a présenté sa nouvelle collection tololo.

S’agissait-il de vêtements modernes ou de l’ancien temps ?

Nous défendons notre patrimoine carnavalesque et essayons dans la mesure du possible de combiner ancien et moderne. Complètement séduite par les modèles présentés, ils m’ont fortement inspirée pour la collection de 2007. Nous avons tenu à montrer que la sauvegarde de nos richesses n’était pas un vain mot et que chacun, à son niveau, pouvait participer. Nous avons réussi à rassemble plusieurs disciplines sur scène, et à prouver que les petites associations peuvent faire aussi bien que les professionnels.

Une centaine de vêtements, une soixantaine de mannequins, comment avez-vous fait ?

Je me suis rendu à plusieurs spectacles de mode. Je trouvais lourd de donner à chaque robe un nom de fleur et d’expliquer le modèle et la texture des tissus, aussi j’ai souhaité faire quelque chose de dynamique et d’innovant. C’est ainsi que nous avons travaillé sur un enchaînement rapide et efficace de façon à ce que le public puisse  voir le maximum de modèles.
Concernant les mannequins, dans une salle de bal vous rencontrez tous types de physionomie, c’est pour cette raison que nous avons cherché et trouvé des mannequins de toutes tailles, garçons ou filles. Ceux qui ont défilé pour nous étaient des professionnels très dynamiques.

Avec tous ces vêtements, ils ont sûrement voulu acheter, comment avez-vous géré les envies ?

Les modèles étaient choisis dans la salle grâce à un système de numérotation, le public à l’aide d’une fiche remise à l’entrée par les hôtesses d’accueil pouvait choisir en cochant le numéro de la robe qui avait attiré son attention. Certain, ont profité de cette occasion pour prendre des, options sur les vêtements de leurs rêves.

Personnellement, quel vêtement vous a marqué et pourquoi ?

En tant que styliste de l’association, je crois que chacune des robes avait sa particularité, et  je crois que c’est le n° 71 qui m’a vraiment séduite.

De manière générale, quel bilan faites-vous de la manifestation ?

Une tache difficile pour un bilan plus que positif, le public avait répondu présent avec 1 300 participants.

Quelles sont les prochaines manifestations de l’association ?

L’avenir nous le dira. Nous réfléchissons à une représentation aux Antilles et en métropole de façon à faire connaître le carnaval dans nos dancings et sous un autre aspect.
                                                                                  Frantz Montoban (04/06)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net