Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Jeudi 30 Mars
Saint Amédée
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site


Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Michèle Kong

Michèle Kong

Originaire de la commune de Saint Joseph (Martinique), mariée à un Guyanais et mère de deux filles, Michèle Kong est commerçante à Cayenne depuis de nombreuses années. Elle fait partie des premières commerçantes à s’intéresser aux femmes plantureuses. Spécialisée dans l’habillement des rondes, qui jusque-là avaient des difficultés à "trouver chaussures à leurs pieds", elle est devenue une référence dans le milieu. Dans les quelques mètres carrés qui lui servent de boutique à la rue docteur Barrât à Cayenne elle est devenue la confidente, la soeur, la copine d’une clientèle en constante évolution. Elle discute beaucoup et eu égard aux propos échangés avec ses clientes, Mme Kong a décidé d’offrir une alternative à ces femmes généreuses, trop souvent jugées négativement sur leurs apparences physiques.

C’est ainsi qu’elle a commencé à organiser des défilés en petit comité, puis avec un public plus étoffé pour finalement passer à la vitesse supérieure à la fin de l’année dernière. Oui, Michèle Kong a donné un nouvel élan à ses activités en organisant la première élection des années 2000 pour les rondes.
Aujourd’hui, les choses ne sont plus les mêmes et les femmes dites rondes semblent avoir trouvé une nouvelle structure pour évoluer au grand jour et partager des choses de leur vie. Avec les membres de l’association "Rondebel”, créée en juin dernier par Michèle Kong, des réunions  conviviales sont régulièrement réalisées mais le point fort de 2005 a été l’organisation de l’élection Miss Rondésibel, un concours d’élégance qui a réuni une dizaine de candidates venues de différentes communes.

Quel regard portez-vous sur les rondes ?
Un regard normal, un regard qui m’inspire beaucoup d’idées positives à leur égard.

Est-ce la raison qui vous a poussé à réaliser plusieurs défilés pour les rondes depuis 2001 ?

En partie oui, puisqu’il faut mettre les rondes à mode, leur montrer que la mode est accessible à elles. Mes défilés servent aussi à présenter chaque nouvelle collection au public.

Après tous ces défilés, vous avez décidé de passer à la vitesse supérieure, en créant une association. Quelle fut votre motivation et quel en est l’objectif ?

La motivation est due à leur beauté dans les vêtements  qu’elles portent avec tellement d’élégance et de charme. Je me suis dit: “pourquoi pas une élection ?“ C’est dans cette optique que l‘idée de créer une association a surgi dans mon esprit. J’en ai parlé à ma belle-mère Christiane Kong et à ma tante George qui ont trouvé ça génial. J’ai très rapidement constitué un bureau; ensuite mes mannequins ont adhéré sans aucun problème. Cette association a pour nom “Rondébel “. Elle a pour objectif de promouvoir l’épanouissement des rondes à travers diverses manifestations telles que l’élection que j’ai baptisé” Miss Rondésibel", des défilés pour présenter les nouvelles collections de vêtements que je reçois et des lunettes présentées par Line Kong. Il y a deux autres professionnels, membres de l’association, qui interviennent bénévolement pour la coiffure et le maquillage des candidates.

Qu’attendez-vous du grand public ?

Qu’il ait un autre regard sur les personnes rondes puisque dans un premier temps, on ne choisit pas toujours d’être ronde et que nulle n’est à l’abri de l’obésité qui touche un grand nombre de personnes dans le monde.

Vous avez organisé une élection pour les rondes, donnez-nous quelques détails?

L’élection de Miss Rondésibel a eu lieu le 3 décembre 2005, dans la salle du Zéphyr à Cayenne. Le public guyanais était très chaleureux et très présent. C’était une élection pas comme les autres, des critères bien précis étaient à respecter. Telle que l’élégance, le charme, l’assurance, la spontanéité, la grâce et l’harmonie. Il ne s’agissait pas d’élire la plus ronde mais celle qui remportait le plus de points. La candidate était notée par passage. Il y avait un jury de qualité pour dix magnifiques rondes. Elles ont chacune présenté une tenue de ville fournit par ma boutique "Aux mille et une taille”, une tenue à leur choix représentant une communauté vivant en Guyane, un maillot de bain et une tenue de soirée.

A-t-il été difficile de les convaincre ?

J’avoue que certaines ont eu des appréhensions que nous avons vite résolues. D’autres sont venues de leur plein gré, suite à l’appel à candidates passé dans la presse écrite et à la télévision.

Pouvez-vous nous rappeler les points forts de cette élection ?

C’était d’abord le passage en maillot de bain et ensuite le résultat final.
L’artiste phare était Jean-Philippe Marthely, chanteur bien connu du groupe Kassav. Il na pas manqué de mettre le feu dans la salle avec Roméo Leter un artiste local très apprécié accompagné par le groupe Trio Popov réputé en Guyane pour son talent. Une surprise coquine était prévue par quatre membres de l‘association, elle na pas manqué de séduire le public. C’était un spectacle magnifique, pas comme les autres, d’une pure originalité.

Envisagez-vous une deuxième édition ?

Mais bien sûr. Le rendez-vous est pris pour le 2 décembre 2006 ; l’appel à candidates est déjà lancé !

Qu’aimeriez-vous dire aux femmes pour quelles ne se sentent pas différentes des autres ?

D’abord de s’aimer, de s’assumer pour qu’elles se sentent bien dans leur peau afin que le regard des autres change.

Et la Miss, comment allez-vous l’accompagner dans son année de règne ?

Je me ferai un devoir de la suivre dans ses interventions télés ou radios, elle sera à nos côtés lors de nos spectacles et défilés. Par ailleurs, si l’occasion se présente et quelle est motivée, elle pourra également participer à des concours régionaux, voire nationaux.

Quels sont les autres projets de l’association ?

Un projet peut en entraîner d’autres, aussi il m’est difficile pour le moment de vous les détailler.

Avez-vous les moyens humains ou financiers pour les atteindre ?

Moyens humains oui, financiers, s’il faut aider l’association lors d’une prestation, en tant que professionnelle, je n’hésiterais pas.

Quel message souhaiteriez-vous faire passer aux lecteurs d’Amina ?

En Guyane, les rondes commencent à s’assumer. Si vous êtes ronde et que vous avez du mal à vous accepter, n’hésitez pas à prendre exemple sur les rondes autour de vous qui s’assument.

                                                                               Frantz Montoban (03/06)

            retour
                                   


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net