Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Vendredi 22 Septembre

Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site


Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Karine Lampla

Karine Lampla

Karine  a  choisi de rester à la maison pour élever ses enfants. Elle en témoigne dans un ouvrage ! Née en France hexagonale Karine Lampla est originaire de la Martinique avec un arrière-grand-père breton et un arrière-grand-père normand.

Ne pas éditer votre ouvrage, est-ce un choix ?

Déjà, pour faire éditer un ouvrage, il faut trouver un éditeur. C’est déjà difficile en temps normal mais compte tenu du style très particulier du mien, j’ai préféré le présenter de cette manière un peu artisanale.
C’est un ouvrage personnel qui retrace ce que j’ai appelé "Les à côté de ma vie". C’est juste une satisfaction personnelle.
"L’essence divine d’une femme dévoilée à coeur nu” n’est pas vraiment un recueil de poèmes, mais plutôt un recueil d’écrits, de mes pensées les plus intimes, les plus pures, liées à ma vie de tous les jours. Il comporte de petits textes courts, mais aussi des prières personnelles. Certains textes d’ailleurs expriment une certaine fantaisie dans la forme.
Il se présente sous la forme d’un manuscrit épais en format A4 imprimé à l’ordinateur. Il comporte aussi des reproductions d’oeuvres du plasticien “Bela", des dessins, des fleurs etc. Je suis catholique, pratiquante, j’ai envie de dire “pour de bon". C’est ma manière à moi de rendre hommage à Dieu, mais aussi à mon tendre époux. C’était aussi l’occasion de mettre à l’honneur certaines personnes qui ont jalonné ma vie.
 
Votre ouvrage comporte des pages blanches, surprenant, non ?

Là encore c’est volontaire tout comme les pages de couleur verte ou violette imprimées en noir ! Je n’écris que sur inspiration. Si la divine inspiration est d’y mettre une page vierge, j’y mets une page vierge, tout simplement. 

Vous faites allusion à votre vocation, quelle est-elle ?

Ma vocation, ce n’est pas une vocation à la vie religieuse ou consacrée, mais une vocation d’épouse et de mère de famille. Tout enfant, je l’ai sentie. C’est à cela que Dieu m’appelait. J’ai choisi d’avoir une famille nombreuse et lorsque j’ai rencontré mon mari, cela a été tout de suite le déclic. Dès le premier contact nous avons su que nous allions nous marier.
Cependant cette vocation au mariage ne va pas sans épreuves !
J’ai reçu de belles claques dans ma vie et ça ne m’a pas empêché de me remettre debout. Je crois même, quitte à faire bondir certains, que ces claques permettent de mieux apprécier la vie.

Qu’en est-il de votre vie aujourd’hui ?
 
La loi m’accorde un congé parental de durée limitée, mais moi j’ai choisi de rester à la maison jusqu’à ce que le dernier rentre à l’école. Je ne veux pas entendre parler de “femme au foyer". J’ai trois enfants dont deux qui ont à peine un an d’écart.
Si je reste à la maison, ce n’est pas pour regarder la télé du matin au soir, mais pour m’occuper d’eux sérieusement. J’ai également voulu avoir plusieurs enfants rapprochés, je n’ai pas fait mes enfants par accident. De nos jours la grossesse non désirée ne devrait plus exister. Il y a trop de moyens contraceptifs pour l’éviter.
Je pense que s’il y avait moins d’aides sociales accordées aux "femmes seules le jour” peut- être y aurait-il moins d’ “accidents “ de ce type !  Malheureusement je n’ai pas pu faire ce que je voulais en ce domaine.
De même, avoir un enfant n’est pas un caprice d’adulte mais un choix qu’il faut assumer. C’est vrai qu’il y a des femmes qui n’ont pas eu de chance, mais il faut qu’elles sortent de l’illusion faire un enfant ne va pas retenir un homme !
Et puis, entre nous les femmes sont loin d’être des anges. J’ai toujours eu des filles à mes côtés à l’école, j’ai toujours côtoyé des femmes ; aussi je sais très bien qu’elles peuvent être pires que les hommes.

Votre vie a été semée de dures épreuves, n’est- ce pas ?

J’ai fait plusieurs fausses couches dont une à trois mois de grossesse. Il m’a donc fallu accoucher d’un foetus sans vie.
J’ai longuement hésité à le voir de mes yeux mais j’y ai été fortement encouragée par la sage-femme et je ne le regrette pas. Cela m’a permis non seulement de faire le deuil, mais surtout de tordre le cou à la théorie qui veut que le foetus n’a pas d’existence. C’est bel et bien une personne déjà formée, d’une taille minime, mais un bébé quand même. N’en déplaise à ceux qui disent le contraire mais j’ai accouché d’un bébé, j’ai perdu un bébé et non un foetus.

Pensez-vous un jour reprendre une activité ?

Oui, une fois que mes enfants rentreront à l’école, Je refuse en effet "l’illettrisme choisi”. Quelle que soit votre profession, il faut se donner les moyens de progresser.
Je ne passe pas mon congé parental à faire du ménage, mais à m’occuper de mes enfants. C’est avant tout pour eux que je fais ce sacrifice. J’ai travaillé dans cette optique et je reprendrai peut-être dans ce domaine.

                                                                                         Joël Sandot (01/06)

Retour

                                   


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net