Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Samedi 29 Avril
Saint Wilfrid
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Sophie Nertomb

Sophie Nertomb

Sophie Nertomb est née le 11 mai 1969 à Mont-de-Marsan (dans les Landes,) d’un père guadeloupéen et d’une mère lorraine. Elle a vécu sur plusieurs continents (Saint-Pierre-et-Miquelon, Guyane...) et dispose d’un véritable sens critique. Son métissage et sa profession première (journaliste rédactrice) lui ont permis d’approcher différentes facettes de la vie. Tantôt actrice ou témoin des faits, celle qui est toujours en quête de sujets pour informer le plus grand nombre vient de franchir un grand pas en publiant ‘Les hommes’ Ce premier livre de 170 pages paru aux éditions Flammarion pendant l’été 2005 a déjà conquis les lecteurs de l’Hexagone et de la France Outre-mer. Il a été primé par le prix de futur écrivain Marie-Claire parmi 500 ouvrages sélectionnés, preuve de la qualité et de la pertinence de cette oeuvre. La journaliste célibataire, qui prépare son deuxième livre et habite Metz,  décidé de faire une pause dans son emploi du temps chargé pour AMINA.

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? Quel est votre parcours personnel et professionnel ?


 Je suis une journaliste de 36 ans. J’ai travaillé pour plusieurs médias d’outremer avant de faire de la télé et de la radio pour une station publique de Guadeloupe. Comme j’avais envie de voyager, j’ai également posé mes valises en Guyane (j’ai adoré)  ainsi qu’à Saint-Pierre et Miquelon qui est mon dernier poste.

Comment passe-t-on du journalisme avec des papiers d’une minute à l’écriture  d’une série de nouvelles de près de deux cents pages ?

 J’ai toujours eu envie d’écrire. Le journalisme d’actualité a fini par devenir frustrant. J’avais besoin d’un “format” plus long pour m’exprimer. Comme je n’ai pas eu l’occasion de faire du magazine, un jour je me suis décidée. Je me suis posée et j’ai écrit.

On vous compare à Bridget Jones, est-ce un compliment ou une comparaison démesurée ? 

 Je lui ressemble parce que je suis une indécrottable célibataire. Je n’ai pas d’enfant. Je suis journaliste comme elle, je vis dans une grande ville et j’ai des tonnes de copines à qui je télé phone pendant des heures. Mais la comparaison s’arrête là car je ne fume pas et je ne m’enivre pas tous les week-ends ! Je tiens à préciser que je ne possède pas non plus sa fameuse grande culotte qui aplatit le ventre (mais je devrais peut-être !)

Quels sont thèmes développés dans ce livre ?

Il n’y en a qu’un “Les Hommes” !  Mais il est décliné à travers le couple et les relations hommes/femmes. C’est un sujet qui me passionne et qui, je pense, intéresse les femmes. J’ai essayé, à travers quinze histoires, de brosser le portrait d’hommes très différents. Mais on y croise aussi leurs femmes. Tout le monde peut s’y retrouver. C’est d’ailleurs ce qu’on me dit régulièrement. Ainsi, au fil des pages, on peut rencontrer, un homme adultérin, un jeune marié, un divorcé qui veut récupérer ses enfants, un ado, un comptable mal dans sa peau... Il y en a vraiment pour tout le monde !

Pourquoi avez-vous choisi ce thème pour ce premier livre qui connaît déjà un franc succès auprès des lecteurs, particulièrement les femmes ?

Je suis fascinée par les relations hommes/ femmes. Je crois que nous vivons une véritable mutation dans ce domaine. Les femmes font des études, elles travaillent, elles gagnent de l’argent et sont donc indépendantes. Les hommes sont un peu perdus car les repères traditionnels ont volé en éclat. Il me paraissait intéressant d’aborder ce thème par le biais d’histoires courtes dans lesquelles tout le monde peut s’identifier.

 Elles ont eu matière pour partir en vacances et débattre sur le dos des hommes ? 

Je vous assure que les femmes n’ont pas attendu de partir en vacances avec mon livre pour parler des hommes ! Les femmes adorent parler des “hommes”. Vous êtes notre conversation préférée, messieurs.

Est-ce un hommage à la gente féminine ?

 Non, pas spécialement

Vous avez une image particulière des hommes, comment s’est-elle formée dans votre tête et développée sous votre plume ? 

J’avoue que je n’ai pas une grande estime pour les hommes. Mais comme toutes mes consoeurs, je ne peux pas m’en passer !

N’est-ce pas la revanche d’une jeune femme qui a trop subi la bassesse d’une catégorie d’hommes ?

Pas du tout. Les hommes qui ont traversé ma vie étaient des mecs bien. Ce n’est donc pas une revanche. De plus, j’ai plutôt été gentille avec eux dans ce livre. Je ne fais que décrire des situations que nous avons toutes vécues ou que nous vivrons un jour
.
Sophie Nertomb, d’où vient votre inspiration ? 

C’est un mystère ! Il m’arrive de me lever la nuit parce que j’ai une idée ! Les supermarchés sont également propices à l’arrivée soudaine d’idées (surtout quand j’attends aux caisses !!!)  J’ai toujours un petit carnet sur moi afin de les noter. Sinon, je pense que je suis assez observatrice et que mon entourage et les autres en général sont une source inépuisable d’inspiration.

Est-ce du vécu où les 170 pages du bouquin sont-ils le fruit de votre imaginaire ?

Les deux. Les histoires sont imaginaires. J’aurais d’ailleurs pu écrire à la fin du livre la fameuse phrase: "Toute ressemblance avec des personnes existantes serait fortuite” Mais à l’intérieur de chacune d’elles, j’y ai semé quelques expériences personnelles. Ceux qui me connaissent les retrouveront.

Peut-on résumer le chapitre sur les pères donner quelques conseils à ceux qui vont franchir le cap ? 

D’abord, je ne suis pas une spécialiste de la paternité ! Je ne me permettrais jamais de donner des conseils sur ce sujet. Dans la nouvelle “divorcemale.com”, j’évoque un père fraîchement divorcé qui prend conscience que ses enfants vont lui manquer. Il décide de se battre pour les voir grandir car il apprend que, selon les statistiques, après cinq ans de séparation un père sur trois ne voit plus ses enfants. Cette histoire m’a été inspirée par un de mes cousins. Je trouve que c’est un très beau combat. De plus, cela montre bien que les hommes ont changé ... en bien.

Quel est votre auteur préféré ?

Je n’en ai pas. J’achète un livre parce que le thème abordé m’intéresse. Je ne lis pas un livre pour son auteur. Je fonctionne au coup de coeur. Mais j’aime bien Douglas Kennedy et Amélie Nothomb (avec qui on me confond souvent !). J’adore également les biographies.

Quel est le litre de votre livre de chevet ?

Je ne lis pas en ce moment car je suis en train d’écrire mon 2e  livre. Je ne veux pas me “brouiller "  les idées avec les histoires des autres ! Je me rattraperai quand j’aurai fini.

Obtenir le Prix Marie-Claire à l’unanimité devant 500 autres candidats pour votre premier, roman est un bon début, qu’est-ce que cela évoque pour vous ?

C’est déjà merveilleux de pouvoir publier un livre mais obtenir un prix en même temps, c’est génial. Je suis évidemment très heureuse. Il va  falloir assurer
C’est un prix décerné au futur écrivain, est-ce à dire que vous ne l’êtes pas encore ou c’est déjà une reconnaissance dans la cour des grands ?
Je ne me considère pas comme une écrivaine. C’est trop pompeux et trop tôt. Je suis juste un auteur qui débute. Un prix est toujours une reconnaissance. C’est toujours bon de savoir
que d’autres ont apprécié votre travail. Ça valorise et donne des ailes pour la suite.

Quand vous écriviez, vous pensiez aussi à faire la une des journaux, avoir des prix et être aussi sollicitée que maintenant ?

Absolument pas. J’ai d’abord écrit pour me faire plaisir (c’est un vieux rêve) et pour me lancer un défi. J’ai été complètement abasourdie quand on m’a appelée pour me dire que j’allais être publiée. Ce fût un vrai bonheur.

Qu’aimeriez-vous que les gens retiennent de votre livre ?

Je ne suis pas une donneuse de leçons. Mais j’avoue que j’adorerais que les lecteurs et lectrices soient touchés par certaines histoires. J’aimerais qu’ils ouvrent leurs yeux et se posent des questions sur leur vie. Je trouve que beaucoup de gens ne vivent pas la vie qu’ils aimeraient vivre. C’est triste.

Entre la Lorraine et la Guadeloupe, votre coeur balance ?

Je suis une métisse née en métropole (dans le sud de la France, la Lorraine étant la région de ma mère). C’est le travail qui m’a menée en Guadeloupe (l’île de mon père). J’aime les deux pour différentes raisons. Je suis un pigeon voyageur. Mais j’avoue que je n’ai pas encore trouvé un endroit où me poser. L’idéal serait de faire six mois en Outremer et six mois en Métropole.

La Guadeloupe vous manque ?

La Guadeloupe et la Guyane, J’ai adoré vivre dans ce département que les touristes oublient (malheureusement) de visiter. Je suis férue de nature et de grands espaces. J’ai passé de merveilleux  moments en Guyane. J’éprouve une infinie tendresse pour ce DOM.

Les expatriés des "Antilles" pourraient  être le titre et le thème à développer dans un prochain livre ?

Pourquoi pas ? J’avais déjà abordé ce thème dans un de mes premiers articles. Mais je préfèrerais en faire un documentaire. C’est une idée à creuser ! Si vous permettez, je vais la noter dans mes carnets.

Un petit message pour les hommes et les femmes d’outre-Mer ?

Messieurs, soyez un peu moins machos! Les femmes possèdent également un cerveau, vous savez ! Quant à vous mesdames, affirmez-vous davantage et soyez des battantes. J’aimerais tant voir des femmes de couleur dans les médias et à la une des journaux. Foncez ! 
                              
                                                                                 Frantz Montoban (01/06)

Retour



                                                                                         


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net