Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Vendredi 15 Decembre
Sainte Ninon
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site


Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Adèle Belmont

Adèle Belmont

Adèle Belmont a toujours évolué dans une ambiance musicale et parallèlement à ses études de droit, a suivi un enseignement vocal qui la conduit très vite à être lauréate de la Fondation de France. Originaire de la Martinique, née à Paris, elle se produit régulièrement à l’opéra National de Paris et donne de nombreux récitals et spectacles. Sa voix mêlant "émotion, romantisme, rythme et puissance” lui a permis de faire de nombreux concerts de gospels à Détroit, aux Etats-Unis, ce qui lui a valu deux certificats de l’Académie Division of The GMWA et un enregistrement en live de la "Gospel Music Worshop of America".

A quel âge êtes-vous rentrée au Conservatoire ?

J’ai fait une formation de piano classique pendant que j’étais en pensionnat, je lis la musique, mais je ne suis jamais rentrée au conservatoire. En fait, l’ai commencé à travailler la musique, en gagnant la médaille d’or de la Fondation de France. J’ai obtenu une bourse d’études qui m’a permis de prendre des leçons de chant. Ma voix lyrique étant bien placée, j’ai travaillé avec des gens fantastiques, aux niveaux des techniques vocales. J’ai appris en individuel. Je suis soprano lyrique léger.

En quelle année avez-vous fait vos premiers récitals ?

Mon premier récital, je l’ai fait en 1991, dans une petite église de Grourouvre, à côté de Monfort l’Amaury. C’est une église qui date du XIII siècle et qui a été restaurée. J’y ai chanté de la musique sacrée et du Gershwin.

Quels sont les répertoires que vous aimez chanter ?

J’aime chanter les choses qui débordent, les aigus  les vocalises. J’adore chanter Rigoletto de Verdi, l’air de Gilda...Je trouve que chaque compositeur à un goût différent. On ne chante pas Mozart comme on chante Puccini. La sensation est autre, ce qui veut dire que dans Mozart on sent vraiment le divin et l’humour. Dans Puccini, la sensation est dans le corps. Le bel Canto, c’est la plénitude. J’aime aussi chanter Schwarz.

Les grandes cantatrices américaines vous ont- elles inspirée ?

Elles m’ont avant tout touchée. Elles m’inspirent dans le sens où je trouve que quand on arrive à être libre des techniques, on n’est plus qu’une expression. Il y a plein de gens que j’adore dans le chant lyrique: la Callas, Jessy Norman, Catherine Bateul Léontine Sprays, je raffole de Marilyne Horne, je la trouve sexy, charnelle, elle ose, en plus elle est mézo Colora Tor, avec une virtuosité incroyable, dans la Callas, j’aime sa vérité, son émotion et sa façon de dire des choses magnifiques. Je ne m’inspire pas des timbres de voix, car chaque personne est unique.

Au théâtre, avez-vous joué des grandes oeuvres classiques  ?

J’ai joué Olympia, les contes d’Hoffmann Carmen, j’ai chanté des musiques sacrées, le Requiem de Mozart, de Brahms. J’ai surtout été engagée pour faire des spectacles en solo, je n’ai jamais aimé être dans un groupe, je suis très individualiste et pas très à l’aise en groupe. J’ai beaucoup de plaisir à chanter, mais j’aime le Show, surtout le One Man Show, j’aime l’intimité de l’individualité et c’est pour cela que je n’ai pas développé une carrière de lyrique théâtrale.

Participez-vous souvent à des concerts, pour des causes humanitaires ?

Pas souvent, j’essaie d’être disponible et me consacre à la création de mes disques, le dernier que j’ai fait c’était il y a an pour l’Afghanistan puis une action pour l’église de Grourouve pour la restauration avec d’autres artistes, et un concert pour les vaccinations d’enfants en Afrique.

Comment se prépare votre spectacle ?

J’ai eu envie de faire des choses qui font appel à ce que je suis moi-même. J’ai grandi dans un univers de jazz avec un grand-père guitariste, et des parents qui chantaient. J’ai toujours aimé composer et créer. Je suis partie aux Etats-Unis, à Détroit il y a deux ans, où j’ai travaillé un enregistrement. Ça m’a bouleversée et choquée. J’avais monté un groupe de gospel "Caribes Soul Singer”, qui s’est transformé en Caraïbes Soul Sitter puis un disque avec Mireille Coco et Adèle Belmont. Un autre disque avec un spectacle " Exotic Vocalises” est un mélange ma voix lyrique a surprise. J’aime chanter avec une voix plus proche du jazz et de la soul. Je travaille avec Thierry Vaton et Mario Canonge pour les arrangements. Musicalement, c’est un mélange de Soul, Caribéenne, Jazz, avec un mélange de voix lyrique et des textes que j’ai écrits en créole. Le spectacle est mis en scène par Bernard Pigaud avec différents tableaux tirés de mon vécu et de mes voyages. Cela a duré environ un quart d’heure.

Comment voyez-vous votre carrière ?

J’ai envie d’être moi, plus près de mes racines, de dire et d’exprimer des choses. C’est très rare d’être à la fois capable de chanter du jazz, de la soul et d’être une chanteuse lyrique. Je développe la composition au piano et je travaille avec des gens merveilleux. J’ai beaucoup de bonheur dans ce que je fais et l’idée de partager me comble de bonheur. 
                                                                                      
                                                                                    Wanda Nicot (01/06)

Retour



                                                                                         


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net