Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Samedi 24 Juin
Saint Jean-Baptiste
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site


Archipel Guadeloupe



Les cyclones   :   Généralités   ( suite )

1 - Cyclone définition
2 - Trajectoires
3 - Les différents stades de l'évolution
4 - Le pouvoir destructeur des cyclones
5 - La classification des ouragans
6 - La classification des vents
7 - Statistiques
8 - Cyclones faq


  1 - Cyclone définition     

Cyclone, très forte dépression qui prend naissance au-dessus des eaux chaudes des océans de la zone intertropicale, et qui s'accompagne de vents très violents et de pluies torrentielles. Ces dépressions sont appelées ouragan ou hurricane dans la mer des Antilles et dans le golfe du Mexique, et typhons dans l'ouest du Pacifique. 

LEURS LIEUX DE NAISSANCE:
La plupart des cyclones prennent naissance dans la zone des calmes équatoriaux, cette étroite ceinture équatoriale caractérisée par des vents faibles alternant avec des grains fréquents, et qui est située entre les alizés du nord-est et du sud-est. Comme les zones de calmes de l'Atlantique sont situées très au nord de l'équateur, les cyclones n'apparaissent pas dans l'océan Atlantique sud. Les zones de calmes du Pacifique s'étendent au nord et au sud de l'équateur!; aussi, les cyclones se forment tant dans le sud que dans le nord de l'océan Pacifique.

CARACTÉRISRIQUES:

Les cyclones se caractérisent par des vents très violents soufflant de façon circulaire autour d'un centre de basses pressions appelé ½il. Le centre de basses pressions se développe quand de l'air extratropical dense et froid s'intercale sous l'air saturé et chaud de la zone intertropicale et force celui-ci à s'élever en altitude. Des bords de la dépression vers son centre, la pression atmosphérique tombe brutalement et la vitesse du vent augmente. Les vents atteignent une force maximale quand ils sont proches du point de pression minimale. Le diamètre de la zone affectée par les vents ayant une force destructrice peut dépasser 240 km. Dans une zone de 500 km de diamètre, les coups de vents dominent. 
 
  2 - Trajectoires    
  
Les cyclones se déplacent généralement selon une trajectoire qui ressemble à la courbe d'une parabole. Dans l'hémisphère Nord, ils se déplacent tout d'abord en direction du nord-ouest, puis, aux latitudes élevées, ils dévient vers le nord-est. Dans l'hémisphère Sud, la route habituelle des ouragans est d'abord orientée vers le sud-ouest, puis vers le sud-est. Les cyclones se déplacent à des vitesses variables. Aux basses latitudes, leur vitesse de déplacement va de 10 à 30 km/h et dans les hautes latitudes, elle peut atteindre 80 km/h. Les zones dans lesquelles les vents soufflent dans la même direction que la trajectoire générale de la tempête subissent le maximum de la violence destructrice du cyclone 

SURVEILLANCE:
Le radar, les appareils enregistreurs basés en mer, les satellites météorologiques géostationnaires (depuis 1966), fournissent maintenant des données qui permettent de minimiser les pertes humaines provoquées par les cyclones, mais les dégâts matériels restent lourds, particulièrement dans les régions côtières. Le cyclone Gilbert, le plus violent qui ait touché le continent américain au XXe siècle, dévasta la Jamaïque et une partie du Mexique en 1988, avec des vents qui atteignirent 350 km/h.  
 
  3 - Différents stades de l'évolution    
   
    1 - Lorsqu'une perturbation prend une forme tourbillonaire et que ses vents sont inférieurs à 63 Km/h (34 noeuds) elle prend le nom de Dépression tropicale. Les services météorologiques lui affectent un numéro afin de pouvoir l'identifier.
    2 - Lorsque cette dépression tropicale atteint des vents entre 63 et 118 Km/h (34 à 63 noeuds), elle est classée Tempête tropicale et on lui affecte le premier nom disponible dans la liste prédefinie. A ce stade d'évolution le phénomène peut déja causer des dégats importants (forte houle, vent violent, fortes pluies, inondations, glissements de terrain).
   3 - Si cette tempête continue de se renforcer elle atteint le stade d'ouragan lorsque ses vents dépassent 118 Km/h (63 noeuds). Les ouragans sont ensuite classés en 5 catégories suivant leur puissance. L'oeil du cyclone apparait en général à partir de la catégorie 2. La catégorie 5 reste quant à elle rarissime.
Les ouragans sont acompagnés d'une très forte chute de pression atmosphérique engendrant des vents extrémement violents, une mer dévastatrice ainsi que des pluies diluviennes pouvant occasionner des dégats très importants.   
 
  4 - Pouvoirs destructeur des cyclones   
 
  La puissance dévastatrice d'un cyclone s'exerce dans trois domaines, le vent, la pluie, la mer. Chaque ouragan est unique et a des effets différents suivant l'importance conjuguée des ces trois éléments.
Les cyclones accompagnés de fortes précipitations occasionnent beaucoup de dégats dans les zones montagneuses et inondables. Crues subites, glissements de terrain, coulées de boue, inondations. Les records de précipitations sont souvent enregistrés à la Réunion en raison de son relief important (1144 mm d'eau en 12h cyclone Denise 1966).
Les cyclones accompagnés de vents très violents occasionnent des dégats importants aux habitations et aux infrastructures sur tout le territoire (308 Km/h typhon Tip Pacifique 1979). toitures emportées, réseau électrique et téléphonique détruits. Ils induisent également une très forte houle qui peut causer des dommages considérables sur le littoral, dans les ports et les marinas.
Le dernier élément nommé "marée de tempête" est constitué d'un gonflement du niveau de la mer sous la zone de l'ouragan qui est engendré par la très basse pression au centre du phénomène associée a un relief particulier des fonds sous marins (plateau continental). Pour cette raison, les marées de tempêtes sont de plus faible amplitude dans la zone des antilles que dans l'ocean indien ou pacifique. (75 Cm pour Luis en 1995 contre 13 m en Australie en 1899).  
 
  5 - Classification des ouragans    
 
FORCE:  
La force des cyclones est classée sur une échelle allant de 1 à 5. Le plus faible, catégorie 1, a des vents d'au moins 120 km/h. Le plus fort (et le plus rare), catégorie 5, a des vents de plus de 250 km/h. À l'intérieur de l'½il de la tempête, qui mesure en moyenne 25 km de diamètre, les vents tombent et les nuages se lèvent, mais la mer reste très agitée.
  
 La marée de tempête est la hauteur que l’océan atteint sur la rive au-dessus de la marée haute normale pour la date. Comme l’échelle Saffir-Simpson utilise des échelons d’un pied, les conversions métriques ne sont pas continues.

Définition des catégories sur l’échelle Saffir-Simpson:

Catégorie 1 : Dommages surtout aux arbustes, aux arbres, au feuillage et aux résidences sans fondations. Aucun dommage réel aux autres structures. Dommages aux enseignes peu solides. Inondation des routes basses du littoral; dommages mineurs aux quais; certaines petites embarcations ancrées dans des zones exposées sont arrachées de leurs amarres.

Catégorie 2 : Dommages considérables aux arbustes et au feuillage des arbres; certains arbres tombés. Dommages importants aux maisons mobiles exposées. Dommages importants aux enseignes peu solides. Dommages aux matériaux de couverture des bâtiments; dommages aux fenêtres et aux portes. Aucun dommage important aux bâtiments. Les routes côtières et les routes d’évacuation basse dans les terres sont inondées de deux à quatre heures avant l’arrivée du centre de l’ouragan. Dommages considérables aux quais. Marinas inondées. Les petites embarcations ancrées dans des zones non protégées sont arrachées de leurs amarres. Certaines résidences sur le rivage et les régions basses doivent être évacuées.

Catégorie 3 : Feuillage arraché des arbres; de grands arbres tombés. Pratiquement toutes les enseignes peu solides sont arrachées. Dommages aux matériaux de couverture des bâtiments, aux fenêtres et aux portes. Dommages à la charpente des petites constructions. Maisons mobiles détruites. Graves inondations sur la côte et destruction de nombreuses structures plus petites près de la côte; les structures plus importantes près de la côte sont endommagées par les vagues et les débris flottants. Les routes d’évacuation basse dans les terres sont inondées de trois à cinq heures avant l’arrivée du centre de l’ouragan. Les terrains plats de cinq pieds (1,52 m) ou moins au-dessus du niveau de la mer sont inondés sur une distance de huit milles (12,8km) ou plus dans les terres. Les résidences situées sur des terres basses doivent évenuellement être évacuées sur plusieurs rues.

Catégorie 4 : Arbustes et arbres tombés; toutes les enseignes brisées. Dommages importants aux matériaux de couverture, aux fenêtres et aux portes. Défaillance des toitures de nombreuses petites résidences. Destruction complète des maisons mobiles. Les terrains plats de 10 pieds (3,04 m) ou moins au-dessus du niveau de la mer sont inondés jusqu’à six milles (9,6 km) dans les terres. Dommages importants aux étages inférieurs des structures situées près du rivage à cause des inondations, des vagues et des débris flottants. Les routes d’évacuation basse dans les terres sont inondées de trois à cinq heures avant l’arrivée du centre de l’ouragan. Grande érosion des plages. Toutes les résidences dans un rayon de 500 verges (457 m) de la rive, ainsi que les résidences d’un seul étage dans un rayon de deux milles (3,2 km) de la rive doivent éventuellement être évacuées.

Catégorie 5 : Arbustes et arbres tombés; dommages considérables à la toiture des bâtiments; toutes les enseignes tombées. Dommages très importants aux fenêtres et aux portes. Défaillance de la toiture de nombreuses résidences et bâtiments industriels. Vitres des fenêtres et des portes complètement éclatées. Rupture complète de certains bâtiments. Petites constructions retournées ou emportées. Destruction complète des maisons mobiles. Dommages importants au premier étage de toutes les structures situées à moins de 15 pieds (4,56m) au-dessus du niveau de la mer dans un rayon de 500 verges (457 m) de la rive. Les routes d’évacuation basse dans les terres sont inondées de trois à cinq heures avant l’arrivée du centre de l’ouragan. Les zones résidentielles situées sur des terrains bas à une distance de 5 à 10 milles (8 à 16 km) de la rive doivent éventuellement être évacuées. 
 
  6 - Classification des vents    
 
  L'échelle de Beaufort est utilisée par les marins et les météorologistes pour indiquer la vitesse du vent. Elle fut inventée en 1805 par l'hydrographe irlandais Francis Beaufort. Ses caractéristiques originales ont été modifiées en 1946 
  
  7 - Statistiques     

L'ouragan le plus intense dans l’Atlantique
L’ouragan le plus intense dans l’Atlantique fut l’ouragan Gilbert en 1988. On estime à 888 mb sa pression la plus faible à la mi-septembre [telle que mesurée par la plus faible pression au niveau de la mer], ce qui en fait l’ouragan le plus puissant dans la région de l’Atlantique.  
 
  8 - FAQ     
  
A  quelle époque surviennent les ouragans ?
La saison des ouragans a généralement lieu de mai à novembre et connaît un sommet en août et en septembre.
Officiellement, la saison débute le 1er juin et se termine le 30 novembre. Toutefois, les tempêtes «hors saison» ne sont pas rares. En gros, 78% des cyclones tropicaux, 87% des ouragans de catégorie 1 et 2, ainsi que 96% des ouragans de catégorie 3 à 5, surviennent entre le mois d’août et le mois d’octobre. C’est du début à la mi-septembre que la saison atteint son zénith.
En moyenne, combien de cyclones tropicaux se forment dans l’Atlantique chaque année
Moyenne pour les 110 dernières années (1886-1995)  8,5

Moyenne pour les 50 dernières années (1946-1995)  9,7

Moyenne pour les 10 dernières années (1986-1995)  9,8
Depuis 1886, quel est le plus grand nombre de cyclones tropicaux enregistrés en une année
21 en 1933
19 en 1995
18 en 1969

Comparez ces chiffres avec ceux du nord-ouest du Pacifique, où le plus petit nombre de cyclones tropicaux jamais enregistré en une année s’élevait à 19.
Depuis 1886, quel est le plus grand nombre d’ouragans enregistré en une année
12 en 1969
11 en 1995/1950/1916
10 en 1953/1893/1887
Depuis 1886, quel est le plus grand nombre d’ouragans intenses (catégorie 3 à 5) enregistré en une année ?
8 en 1950
7 en 1961
6 en 1955/1926/1916
Depuis 1886, y a-t-il eu une saison sans aucun ouragan ?
Non, on n’a jamais connu de saison sans cyclone tropical. Cependant, à deux reprises, on en a compté un seul, soit en 1914 et en 1890.
Depuis 1886, combien y a-t-il eu de saisons sans ouragans intenses (catégorie 3 à 5)
Environ 24% du temps. La saison la plus récente sans ouragan intense est celle de 1994.
Quelle est la date la plus hative à laquelle la saison des ouragans a débuté?
En 1952, la saison des ouragans a débuté le 2 février (selon les registres de 1886-1995).
Quelle est la date la plus tardive à laquelle la saison des ouragans a débuté ?
En 1914, la saison des ouragans a débuté le 14 septembre (selon les registres de 1886-1995).
Quelle est la date la plus hative à laquelle la saison des ouragans s’est terminée ?
En 1890, la saison des ouragans s’est terminée le 3 septembre (selon les registres de 1886-1995).
Quelle est la date la plus tardive à laquelle la saison des ouragans s’est terminée ?
La date la plus tardive à laquelle une saison d’ouragans s’est terminée est le 6 janvier de l’année suivante (selon les registres de 1886-1995). Un ouragan qui s’était formé à la fin de décembre 1954 dura jusqu’au mois de janvier 1955. 
Quelles sont les plus longues saisons d’ouragans enregistrées (depuis 1886)
270 jours (2 février - 28 octobre 1952)
231 jours (6 mars - 23 octobre 1908)
210 jours (17 mai - 12 décembre 1887)
Quelles sont les plus courtes saison d’ouragans enregistrées (depuis 1886)
6 jours(14 septembre - 19 septembre 1914)
9 jours(26 août - 3 septembre 1890)
24 jours(7 septembre - 30 septembre 1920)

Voici quelques registres mondiaux sur les cyclones tropicaux 
Le plus intense ?

le typhon Tip (nord-ouest du Pacifique, octobre 1979) - 870 mb avec des vents au sol d’une vitesse soutenue de 165 kt.
Ouragan de l’Atlantique le plus intense :
Gilbert (1988) - 888 mb
Intensification la plus rapide ?
le typhon Forrest - augmentation de 100 mb (de 976 à 876) en moins de 24 heures. En une journée, les vents sont passés de 65 à 150 kt.
Plus haute marée de tempête ?
ouragan Bathurst Bay (Australie, 1899), 42 pieds (13mètres). 
Plus fortes précipitations :
(toutes à l’île de la Réunion)

12 heures - 1144mm - cyclone tropical Denise, janvier 1966 
24 heures - 1825mm - cyclone tropical Denise, janvier 1966 
48 heures - 2467mm - avril 1958 
72 heures - 3240mm - cyclone tropical Hyacinthe, janvier 1980 
10 jours - 5678mm - cyclone tropical Hyacinthe, janvier 1980
 
Cyclone tropical le plus étendu ?
typhon Tip (nord-ouest du Pacifique, octobre 1979) rayon de 1100 km.
Cyclone tropical de plus longue durée :
l’ouragan/typhon John (aôut-septembre 1994), 31 jours.
Cyclone tropical de l’Atlantique de plus longue durée
ouragan Ginger (1971), qui a duré 28 jours.
Cyclone le plus meurtrier :
au Bangladesh, cyclone de 1970, 300000 victimes.

Quels sont les 10 ouragans les plus meurtriers dans les annales des ouragans de l’Atlantique ?
22000 morts : octobre 1780 - La Barbade, Mart., Saint-Eustache
12000 morts : septembre 1900 - Galveston
8000 - 10 000 morts : septembre 1974 - Honduras (ouragan Fifi)
8000 morts : septembre 1930 - Saint-Domingue
8000 morts : septembre - octobre 1963 - Haïti (ouragan Flora)
4000 morts : septembre 1775 - sud de Terre-Neuve
3370 morts : septembre 1928 - Lac Okeechobee, P.R., Guadaloupe
3369 morts: août 1899 - Porto Rico
3000 morts : juin 1934 - El Salvador, Honduras
3000 morts : juin 1791 - ouest de Cuba 
 


                                            1 - 2                                    haut de page



Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net