Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Vendredi 26 Mai
Saint Béranger
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site


Archipel Guadeloupe


LES VOLCANS : BILANS MENSUELS D'ACTIVITES DE LA SOUFRIERE

Plan de secours spécialisé Soufrière
Communiqué préfectoral relatif à l'Etablissement des bilans mensuels

Informations sur les secousses sismiques ressenties
 
   L'Observatoire enregistre une moyenne de 60 séismes régionaux d'origine tectonique par mois dont certains peuvent être ressentis. Si les caractéristiques principales de ces séismes sont connues dans l'heure qui suit la secousse ( localisation de l'épicentre et magnitude ), il nous est impossible de déterminer en détail l'intensité du séisme dans les différentes zones de la Guadeloupe,
c'est-à-dire ses effets exacts sur la population et les bâtiments.
   C'est pourquoi nous incitons à ce que toute secousse ressentie soit reportée rapidement à l'Observatoire(tél: 05 90 99 11 33 ( option 1 ou 3 );
 fax : 05 90 99 11 34
Email:sismo@ovsg.univ-ag.fr qui pourra alors faire une synthèse des intensités du séisme en fonction du lieu et des différents témoignages.
   Les informations pertinentes au reste de la sismicité instrumentale non ressentie, qu'elle soit d'origine volcanique ou tectonique (environ 2000 séismes par an), sont divulguées dans le Bilan Mensuel de l'Activité Volcanique de la Soufrière et de la Sismicité Régionale publié par l'Observatoire chaque mois et disponible dans les médias.
 
Plan de secours spécialisé Soufrière
 
   Le plan de secours spécialisé a pour objectif de prévoir les mesures de protection des populations à mettre en oeuvre en cas d'activité volcanique dangereuse de la Soufrière de Guadeloupe.
   Le Plan de Secours prévoit une phase de vigilance, de pré-alerte, d'alerte et d'évacuation :

NIVEAUS D'ALERTE VOLCANIQUENATURE DE L'ALERTE

DÉLAI POSSIBLE AVANT UNE ÉRUPTION
(À TITRE INDICATIF)


ACTIVITÉ ENREGISTRÉE
VERT
Pas d'Alerte
Plusieurs années
Minimale - niveau de base
JAUNE
Vigilance
Année (s)
En augmentation - variations de quelques paramètres
ORANGE
Pré-Alerte
mois -semaines
Fortement augmentée variations de nombreux paramètres -sismicité fréquemment ressentie
ROUGE
Alerte
Imminente/ en cours
Sismicité volcanique intense, déformations majeures - explosions

  1. Dès la phase de vigilance : l'organisation des secours liés aux risques de la vie quotidienne reste inchangée, elle est exercée sous la responsabilité du Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS) et du SAMU/SMUR.
  2. Dès la phase de pré-alerte et quelle que soit ensuite la phase effective concernée :
    - l'organisation des secours s'articule : 
    sur l'existant SDIS, SMU/SMUR dont les moyens sont engagés sur demande via le N° 18 et le N° 15. 
    - les maires peuvent faire appel, en liaison avec le Préfet, aux associations de secouristes qui sont en mesure d'installer des postes de secours aux lieux qui leur seront indiqués. 
    - les dispensaires comme les postes de secours ainsi constitués pourront servir de relais pour la distribution de tous matériels qu'une situation dégradée justifierait (masque de protection, eau de javel, eau en bouteilles), mais également pour l'information régulière et complète des habitants sur les risques réels, les moyens de s'en prémunir ou d'en limiter les effets. 
    - assistance psychologique : 
    les équipes de psychologues renforceront les postes de secours-mairies-dispensaires en fonction des besoins exprimés par les maires auprès de la cellule protection des populations du Centre Opérationnel de Défense de la Préfecture.

   Différents scénarios sont considérés afin d'adapter les mesures d'urgence qui vont de la simple vigilance sur la qualité de l'eau jusqu'à des évacuations partielles ou totales de communes.
   La connaissance acquise sur le comportement de l'activité de la Soufrière ainsi que le réseau de surveillance mis en place modifie largement l'approche opérationnelle de 2000 par rapport à 1976. C'est la raison pour laquelle, une évacuation partielle ou totale n'est que le cas de figure le plus extrême de scénarios variés.
   Est envisagé aussi le caractère de cette évacuation qui peut être : provoquée  (décision du préfet) ou spontanée ( mouvement de panique ou départ de précaution ).


          


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net