Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Lundi 23 Octobre
Saint Arnould
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Karen Eguienta

Karen Eguienta

Jeune élève de 17 ans Karen Laurence Eguienta a passé son année scolaire 2004/2005 en classe de 1re S au lycée Centre-Sud de Ducos, en Martinique.

Cette année encore, Karen s’est montrée une excellente élève, studieuse et efficace, obtenant une moyenne annuelle générale de 16,10 (avec félicitations du Conseil de Classe aux trois trimestres) la meilleure moyenne relevée parmi les élèves de 1re  des lycées de la Martinique. En seconde, l’an passé elle avait obtenu une moyenne générale de 17,35, avec également les félicitations du Conseil de classe.

Dès lors, il n’est pas surprenant que Karen se voie attribuer le Prix de l’Education 2005 Prix académique annuellement décerné à une lycéenne de chaque Académie, laquelle présente les plus grandes qualités humaines, scolaires et sportives. Bien plus qu’une honorable distinction pour le récipiendaire, ce Prix a valeur d’exemple et d’entraînement pour l’ensemble de la communauté scolaire, valorise la diversité des talents et la multiplicité des réussites.
Karen réunit pleinement ces diverses qualités qui, hélas ! ne courent pas les rues, et nous l’en félicitons sincèrement. Nous sommes fiers de cette toute jeune martiniquaise qui nous fait honneur et partageons la joie de Karen, de son professeur principal, Mme Monlouis (professeur de Sciences et Vie de la Terre), et du proviseur du lycée Centre-Sud de la Martinique, M. Alain Gusto.

Citons l’appréciation du professeur principal : "Elève sérieuse, volontaire, curieuse, capable de faire preuve d’un sens critique toujours à propos. Excellent moteur dans la classe, car solidaire et intégrée. Elle excelle aussi bien dans la réalisation des objectifs fixés que dans le comportement général face au travail".
Le proviseur Gusto est doublement honoré et fier puisque son établissement avait donné, déjà, l’an passé, l’heureuse récipiendaire du Prix de l’Education, Astrid Monfort (amie de Karen Eguienta), la Major du Baccalauréat martiniquais 2005.
Notons que, cette année, le lycée Centre-Sud atteint un taux de 82,57% de réussite au baccalauréat (contre 77% l’an passé) et que la série technologique participe de cette progression puisqu’elle enregistre un taux de réussite de
77, 68% (contre 74% en 2004 ) !

Karen Eguienta a accepté de nous parler d’elle.

"Née à Schoelcher il y a 17 ans, je suis la cadette de deux filles j’ai une soeur, Sarah. J’habite à Ducos où je poursuis mes études au lycée Centre-Sud, un établissement moderne où nous bénéficions d’un bon enseignement. Il m’est assez gênant de le dire, mais cependant je dois reconnaître que je suis à l’aise dans toutes les matières et j’obtiens de bonnes notes. J’aime beaucoup les langues vivantes et me débrouille bien en espagnol et anglais.
L’an prochain, bien sûr, j’entre en Terminale dans ce même lycée et j’espère que mon année scolaire se déroulera dans de bonnes conditions car, ensuite, je pense faire une Prépa B.C.P.S.T (Biologie, Chimie, Physique, Sciences de la Terre) à Toulouse. A l’issue de cette formation qui durera deux années, je vais entrer à l’Ecole nationale des Vétérinaires et, si je peux m’inscrire à celle de Toulouse, cela me satisferait.
Dans le passé, j’ai pratiqué l’athlétisme au club ducossais “Le Zénith", le handball à l’Union Nationale des Sports Scolaires (U.N.S.S) et aussi la danse classique... puis cette année, je pratique le volley-ball au sein du club lamentinois “l’Aiglon”.

Mes moments de loisirs, je les consacre, en grande partie, à la peinture (paysages, flore...). J’utilise l’huile, l’eau, la gouache… C’est une passion que j’ai depuis longtemps. Je réalise également des portraits au crayon.
Je gratte un peu la guitare. Je vais au cinéma et apprécie tous les films sauf ceux d’horreur ! Je dois avouer que je n’aime pas trop lire.
C’est vrai que j’ai été contente lorsque mon lycée m’a sélectionnée parmi ses meilleures élèves pour concourir au Prix de l’Education et ma joie fut encore plus grande à l’heure des résultats. Ce Prix de l’Education — qui me va droit au coeur et dont je suis fière, bien entendu— récompense mon travail, la somme des efforts divers que j’ai consentis jusqu’ici, me conforte dans la certitude de la bonne éducation que j’ai reçue de mes parents et de mes enseignants.
Mais, quoi qu’il en soit, je suis certaine que d’autres camarades lycéens de Ducos, comme d’ailleurs, auraient bien pu être à ma place Je ne remercierai jamais assez mes parents et ma soeur Sarah qui m’ont toujours totalement accompagnée dans mes activités, dans mes projets et réalisations. Une famille soudée, harmonieuse, c’est important et cela contribue à rendre les choses plus aisées, plus faciles.
Je veux préciser que le Prix de l’Education a été créé, il y a trente ans, à l’initiative de l’Académie des Sports et, depuis 1987, il est placé sous le patronage du ministre de l’Education nationale. Ce Prix est ouvert aux élèves de 1re  des lycées d’enseignement général et technologique, et aussi d’enseignement professionnel.
J’ai été très touchée le 7 juillet dernier, alors que je m’apprêtais à aller au cinéma, lorsque ma meilleure amie Nanou (Agnès) m’a demandé de l’accompagner, avec sa maman, au Saint- Esprit où elles avaient quelque chose à porter... Nous sommes entrées dans la Salle des Fêtes du Saint- Esprit où m’attendaient de très nombreux amis qui souhaitaient fêter ma récente distinction. Je constate avec bonheur que, chez nous, de nos jours, la femme noire se démarque de plus en plus des contraintes et habitudes du passé. Elle se démarque de l’homme par son savoir, ses compétences, sa place de plus en plus élevée et envahissante dans la société. Elle sait s’adapter à la vie moderne, ses connaissances lui permettent d’occuper des postes de choix dans les milieux les plus divers. Mais je constate aussi, avec peine, que son évolution ne la protège nullement des actes de violence trop régulièrement commis par des hommes qui l’agresse, la battent, l’assassinent presque impunément d’ailleurs !
Il est inadmissible que nos femmes ne soient pas respectées, que leur dignité soit bafouée, leur volonté passée outre. Il faut que cette situation cesse urgemment Il est nécessaire que la famille soit soudée, vive harmonieusement et dans le respect mutuel: c’est une base.
Quant aux jeunes, il faut leur donner les moyens d’exister dignement. Il n’y a pas que des délinquants, des violents, des sans foi ni loi. De très nombreux jeunes ont une existence convenable et peuvent réaliser beaucoup dans notre société et dans la vie, pour peu qu’on leur fasse confiance et qu’on leur en donne les possibilités. “
                                                                 Christian- Alain Modeste (11/05)

Retour



                                                                                         


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net