Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Mercredi 29 Mars
Sainte Gwladys
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Françoise Rose-Rosette

Françoise Rose-Rosette


Docteur vétérinaire, diplômée de l’Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort Françoise Rose-Rosette a d’abord exercé en libéral de 1975 à 1994. Elle s’est fait connaître notamment par la lutte sans répit qu’elle a menée pour l’éradication de la tique sénégalaise.

Depuis 1998, Françoise est responsable, à la Direction des Services vétérinaires, de la lutte contre les chiens errants. C’est en 1994 que Françoise Rose-Rosette a été recrutée comme chef de projet par le Groupement de Défense sanitaire du Nord-Caraïbe, maître d’oeuvre à la direction des Services vétérinaires de la Martinique, le maître d’ouvrage.
C’est l’un des programmes spécifiques du POSEIDOM (Programme d’Options Spécifique des DOM) tourné vers la lutte contre les parasites du bétail.
Le rôle du vétérinaire en tant que chef de projet était de mobiliser l’ensemble des financements européens et de leurs contreparties nationales. Mais la mobilisation des financements va de pair avec la mobilisation des énergies.
La tâche de Françoise était rendue particulièrement difficile par les divergences de vue et les conflits d’intérêts des deux assemblées locales !
C’était à l’époque de la toute première décentralisation où, les limites de compétences étant encore mal définies, l’une et l’autre se renvoyaient régulièrement les responsabilités.
Profitant de leur division, les parasites, dynamiques et unis, eux, se développaient de manière inquiétante !
C’est au moment des grandes sécheresses que le phénomène a commencé à prendre de l’ampleur. Le barrage de la Manzo au François n’étant pas encore mis en service, il n’y avait guère de moyens d’irrigation, Les éleveurs n’avaient pas d’autre choix que d’aller “faire de l’herbe ".
Ainsi, à cause de ce transfert d’herbe, le fléau qui, jusque-là, était limité à la région de Champigny, à Ducos, s’est étendu à l’ensemble du cheptel bovin de la Martinique.
La tique sénégalaise, par sa salive, entraîne un phénomène d’immunodépression (sorte de Sida animal !). L’animal infecté maigrit considérablement jusqu’à en mourir.
Si le phénomène n’a d’incidence directe ni sur la viande ni sur le lait destinés à l’alimentation humaine, il entraîne des pertes considérables pour les éleveurs.
Aujourd’hui, le phénomène n’est pas totalement éradiqué mais il est au moins contenu. Depuis 1998 le projet de lutte est entré dans une seconde phase mais Françoise Rose-Rosette n’a pas souhaité s’y impliquer.
L’engagement de fonds européens et nationaux entraîne impérativement le respect de délais faute de quoi les crédits non consommés repartiraient vers les financeurs et le chef de projet en porterait la responsabilité. Cela suppose de grandes qualités de management et un strict respect des délais. Ce côté directif n’a pas plu à tout le monde. “C’en est épuisant!”, avoue Françoise...
Cependant, un autre phénomène menace les troupeaux c’est la prolifération des chiens errants, le nouveau cheval de bataille de Françoise Rose-Rosette.
Le rôle de la direction des Services vétérinaires est de promouvoir un programme de lutte qui concerne tout particulièrement les communes. Outre les dommages causés au bétail, cet autre phénomène porte un grave préjudice au tourisme. Certains bateaux de croisière originaires d’un grand pays voisin refusaient même de faire escale à la Martinique sous prétexte que cette île “gère mal ses chiens errants”.
Selon Française Rose-Rosette, il y a une différence à faire entre le chien errant (sans maître) et le chien divagant (dont le maître néglige ses devoirs de surveillance).
La lutte contre la divagation et l’errance des chiens comme celle pour l’éradication des parasites du bétail demandent les mêmes qualités de rassembleur d’hommes.
Toucher ainsi du doigt à la "chose publique", être en contact direct avec les élus locaux conduit Françoise Rose-Rosette à marcher sur les pas de feu son père Robert Rose-Rosette, docteur vétérinaire lui aussi et maire des Trois Ilets. Françoise s’est donc engagée en politique à Schoelcher, aux côtés du député maire Alfred Almont.
 
Elle a ainsi été témoin de la difficulté de nos élus à se mettre autour d’une table pour un projet commun. Elle les connaît suffisamment pour ne pas prendre le risque de leur donner un “chèque en blanc”. Enfin, en tant que vétérinaire, elle est mieux placée que quiconque pour ne pas acheter " de chat en sac ". Voilà pourquoi, malgré le gaspillage d’énergie et d’argent public que représente la coexistence de deux assemblées sur un si petit territoire, elle a voté ”Non” au projet d’assemblée unique !
“Je voterai “Oui” lorsque les choses seront plus claires, que les garde-fous nécessaires seront en place, notamment la possibilité de contrôle par le peuple”.

                                                                                      Joël Sandot (05/05)

            retour                                                                          

                                                                                     


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net