Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Vendredi 26 Mai
Saint Béranger
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site


Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Nicole Parfait

Nicole Parfait

C'est en 1998, sous la demande pressante de nombreux enseignants de son entourage que Nicole Parfait a créé, en Guyane la maison d'édition "Anne C" sous la forme d'une SARL. Auteur elle-même, elley a publié son propre ouvrage.


Quelle est la vocation des Editions Anne C ?

Promouvoir, éditer les ouvrages de littérature destinés à la jeunesse dans un monde créole.
Anne C s’adresse tout particulièrement aux scolaires depuis la maternelle jusqu’à l’entrée en 6ème. La majorité des auteurs que nous avons publiés sont des enseignants. Ils viennent nous voir nombreux et spontanément. Le plus sou vent, il sont porteurs d’un Projet d’Action Educative (PAF). J’en profite pour les remercier pour la confiance qu’ils nous font et les féliciter pour leur dynamisme.

D’où vous est venue cette idée de créer une maison d’édition ?

Je travaillais déjà dans un domaine voisin puisque j’ai été directrice de la publication et gérante d’un journal nommé " La Semaine Guyanaise" pendant une vingtaine d’années.
C’est un hebdomadaire de loisirs et d’informations à la fois. Cela m’a permis de rencontrer de nombreuses personnes ayant des tas de choses à dire et donc à publier. A ce titre, j’avais fait sortir un numéro spécial sur le costume guyanais. Le succès qu’il a remporté a dépassé toutes mes espérances. Cela m’a fait chaud au coeur de voir tant de personnes en Guyane partager ma passion pour le sujet. J’ai eu envie d’aller plus loin. C’est ainsi que j’ai été amenée à publier “Traditions vestimentaires créoles, parures de Guyane”.
C’était le premier ouvrage édité par “Anne C”. Il comporte 150 pages fortement illustrées.
Par la suite, de nombreux enseignants m’ont sollicitée. Certains ouvrages ont même été récompensés. C’est le cas de “Paulo de Kaw” sélectionné au prix “Saint Exupéry” valeur Jeunesse en 2001. Nous avons également édité un essai sur la créolité écrit par Jules Linguet.

Comment sont accueillis vos ouvrages ?

L’occasion m’est donnée de remercier les enseignants qui non seulement me confient leurs manuscrits, mais en plus sont très sensibles à tout ce qui parait sur la Guyane.
Ils ont généralement à coeur d’exploiter dans leurs classes des ouvrages, issus de chez nous, c’est pourquoi ils leur accordent une grande priorité. Que ce soit la poésie ou les livres de contes, ils sont très demandés et figurent sur les listes de fournitures scolaires des élèves.
Ayant été scolarisée en Guyane, je me souviens qu’à notre époque, trouver des écrits locaux représentait un vrai casse-tête pour les ‘ quelques enseignants sensibles è la question. Nous connaissions davantage les auteurs français que les nôtres. C’est ainsi que notre culture littéraire s’est plus constituée de Fables de La Fontaine, de Victor Hugo, Lamartine ou Musset.
Quant à nos auteurs guyanais, peu nombreux, il est vrai, i!s étaient purement et simplement occultés.
Je comprends donc cet engouement des nouvelles générations pour la littérature du terroir.

Autrement dit, les éditions Anne C ne sortent pas de la Guyane ?

Bien au contraire, ici à la Martinique nos produits sont dans toutes les grandes librairies. Certains sont présents au "Printemps des Poètes", c’est le cas de “Traversée de la Poésie Guyanaise. Cet ouvrage est un florilège des oeuvres de dix-huit auteurs.
Nous nous efforçons de participer à toutes les manifestations qui se font autour du livre. Nous avions un stand au 1er  salon international du livre de la Martinique qui se tenait au mois d’octobre 2004 au palais des Congrès de Madiana.
Bien sûr, nous sommes là au salon du livre de la Guyane et partout où l’occasion nous est donnée de nous rendre. Cela porte ses fruits puisque nos produits commencent à être connus et demandés partout.

Pourquoi avoir choisi ce nom d’ “Anne C" ?
 
Nicole est mon prénom usuel, tandis que Anne est mon deuxième prénom. La lettre “C” c’est comme Création.

Au bout de six ans, quel bilan tirez-vous ?

Très positif ! Il est certain que si c’était à refaire, j’aurais rempilé sans état d’âme.
Je suis loin de regretter de m’être lancée dans cette aventure audacieuse.

                                                                                               Joël Sandot

Retour



                                                                                         


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.torop.net