Planet Antilles

   Accueil        
 
Partenaires

Accueil
Samedi 16 Decembre
Sainte Alice
Les îles à découvrir
La Guadeloupe
La Martinique
Les Saintes
Marie-Galante
Désirade
Saint-Martin
Saint-Barthélémy
La Barbade
La République Dominicaine
La Réunion
Planet gastronomie
Recettes
Planet services
Annonces
Envoyez vos cartes
Galerie photos
Horoscope
Trafic routier en Ile de France
Météo
Contact & gestion
Qui sommes nous ?
Publicité sur le site
Nous écrire
Mentions légales
Rejoignez-nous
Problème sur le site

Femmes créoles avec AMINA LE MAGAZINE DE LA FEMME


Jeanny Marc

Jeanny Marc


Baie la plus profonde de la côte Caraibes, Deshaies servit d’abri aux aventuriers de la flibuste et aux corsaires. Malgré son passé prestigieux, elle demeure encore peu connue et mal perçue. Jeanny Marc, maire de Deshaies et premier vice-président du Conseil régional de la Guadeloupe, nous fait découvrir cette collectivité aux charmes multiples.

D’où Deshaies tient-elle sa réputation "de république turbulente" ?

Cette réputation, au demeurant méritée, s’explique par l’Histoire. Au moment de la reconquête de Victor  Hugues  et la première promulgation de l’abolition de l’esclavage, les habitants de Deshaies, dont André Duhalde  Detcheberry, le maire de la commune, avaient soutenu dès 1792 le nouveau régime révolutionnaire de la Convention alors que la Guadeloupe était encore  aux mains des royalistes.
L’épopée napoléonienne fut fatale à Deshaies à cause de la tension provoquée dans la zone par le projet de création d’un empire caraïbe. Ainsi il y eut-il l’inoubliable souvenir de la bataille navale dans la baie entre Français et Anglais le 5 septembre 1803. Le bourg fut pillé en mai 1804 et les propriétés du voisinage ravagées par les Anglais.Toutes ces luttes expliquent  pourquoi la commune a été surnommée « Petite république  passionnée et turbulente ».  Rappelons  que les évènements de l’époque son à l’origine de la création de la brigade de gendarmerie, qui fut maintenue par le gouverneur et refusée par la conseil général. Deshaies fut aussi une plaque tournante du commerce des engagés de Guadeloupe pour la dissidence, sous l’administration du gouverneur Sorin, de 1940 à 1943.

Deshaies, c’est aussi la « cendrillon » qui a su se frayer un chemin dans cette nouvelle ère touristique…


Tout à fait. Fidèles à notre tradition, nous avons maintenus l’agriculture et 1a pêche. Mais vu les exigences de la modernité, le tourisme s’impose à nous comme une réalité incontournable. Nous nous efforçons donc de gérer au mieux toutes les ressources dans l’intérêt  général et de développer les potentialités que renferme notre commune.
En matière de tourisme, il y a les infrastructures — hôtel,  restaurants,  location de voitures — qu’il faut gérer dans le respect de l’environnement. Nous possédons la plus grande forêt primaire des Petites Antilles, qui met en valeur un territoire  où se côtoient merveilleusement mer, montagnes et rivières. Nous développons les secteurs de l’artisanat, de l’agriculture,  de la pêche, de la culture, du BIP, les métiers du bois et les escales touristiques. Notre territoire renferme bon nombre d’espèces endémiques de la forêt xérophytique comme le galba, le poirier rose, qui ont des vertus connues et reconnues. La collectivité se singularise par le volume de ses manifestations, ce qui témoigne  de sa vitalité.

Quelles sont pour vous les plus représentatives d’entre elles ?

Elles sont toutes représentatives. C’est l’émanation à la fois d’une volonté politique au service de la population  et une attente de cette même population qui, à ces moments de l’année, vient communier avec nous. La fête du tourisme en janvier, février et mars, la fête de la musique et la fête patronale de la commune en juin, la Journée de la mer en Août, la Journée créole en octobre, la Fête du cheval en septembre, le chanter-noël en décembre sans oublier le Tour de la Guadeloupe à la voile et la Fête de la famille.

Certains personnages ont forgé la commune…

Oui. Des hommes et des femmes ont contribué à asseoir la personnalité de notre collectivité : Georges Beaupere, Olivier Dacourt, Maryse Fleming, Joseph Lapitre,  Lucile Sabas, Nortilien Serva, Félicien Deravel, et "Jaja la reine de la coque" pour ne citer que ceux-là.

Vous êtes, depuis 1995, le premier magistrat de la commune. Mais on a l’impression que vous avez surgi de nulle part. Dans quelles conditions, avez-vous été élue ?

Mon élection a été le fait d’un véritable besoin de changement. L’ancien maire a fait de son mieux mais il a été victime de l’usure du pouvoir. Une majorité de la population s’est rassemblée pour me soutenir. La plupart d’entre eux  n’appartiennent à aucune organisation politique. Mais il y avait aussi des gens de gauche, des nationalistes, etc. Moi, je suis issue du monde associatif. Ce milieu  a été pour moi le lieu d’initiation à l’intérêt  collectif et une école de démocratie. Ma chance c’est de pouvoir compter sur une équipe qui s’est,  dés le départ, mise d’accord sur un programme reposant sur la volonté de participer activement au développement de la commune et de servir le citoyen avant toute chose.

Vous êtes également premier vice-président du Conseil général. Comment cela se passe-t-il dans cette assemblée ?

C’est exaltant de travailler avec un homme comme le président  Jacques  Guillot. Pour accom plir notre mission, nous pouvons compter sur le concours de techniciens et cadres compétents comme Reinette et  Lesueur. Le conseil général est une collectivité aux compétences variées santé, transport, personnes âgées, RMI. D’une manière générale, cette assemblée s’occupe  de tout ce qui touche de prés ou de loin au domaine  social afin de contribuer au bien-être  des citoyens.

Avez-vous un rêve ?

Oui, celui de permettre  aux fils et aux filles de ce pays de vivrent décemment dans une Guadeloupe en paix. Je veux raviver la flamme qui, dans le passé,  nous animait. Retrouver cette convivialité et cette solidarité  si nécessaires dans ce monde trouble et surtout oeuvrer pour garantir un meilleur avenir  aux générations futures.

                                                                                        Fred Eraville (08/04)

            retour


Newsletter
 S'inscrire à la newsletter >>

 

Plan du site
Copyright © 2004 Planetantilles.com tous droits réservé
Création :Torop.net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net